Publicité

11 mars 2021 - 14:02

C’est le premier qui sera inauguré par la Fondation Impact de Montréal à l’extérieur de la métropole

Un nouveau mini-terrain multisport à venir au parc Paul-André Potvin

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Fondation Impact de Montréal, en collaboration avec la Ville de Shawinigan, annonce la construction d’un nouveau mini-terrain multisport au parc Paul-André Potvin, à Shawinigan, en Mauricie.

Il s’agit du premier mini-terrain qui sera inauguré par la Fondation à l’extérieur de Montréal et du troisième au total, après celui du parc Champdoré, dans le quartier Saint-Michel (en 2018), et celui du parc Joe-Beef, dans le quartier Pointe-Saint-Charles (en 2019).

« Nous sommes très heureux d’offrir à nouveau aux jeunes une opportunité de pratiquer leur sport dans un endroit sécuritaire et de haute qualité », a déclaré la présidente de la Fondation, Carmie Frassetti Saputo.

« C’était important pour nous d’aller au-delà de l’île de Montréal avec ce projet et nous avons eu l’opportunité de soutenir les citoyens de Shawinigan. Nous sommes reconnaissants envers tous ceux et celles qui ont été impliqués dans ce projet. »

« C’est un privilège pour Shawinigan d’être la première ville à l’extérieur de Montréal à recevoir un mini-terrain multisport de la Fondation Impact de Montréal. On sait qu’on a une qualité de vie incomparable à Shawinigan et c’est toujours un plaisir de voir que notre ville suscite de l’intérêt », explique le maire de Shawinigan, Michel Angers.

« L’ajout d’un terrain synthétique au parc Paul-André Potvin est un plus pour ce parc où il y a déjà des terrains de tennis. Ce sera une belle destination sportive. »

La livraison du terrain est prévue pour le mois d’août et la construction sera entamée dès la période de dégel terminée.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.