Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Entrevue avec Laurie Désilets, de Trois-Rivières et capitaine de l’équipe

Une médaille d’or aux jeux mondiaux de patinage synchronisé

durée 08h00
14 avril 2022
Yves Therrien
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Yves Therrien, Journaliste

L’équipe de patinage synchronisé Les Suprêmes de Saint-Léonard, au Québec, ont remporté la médaille d’or au Championat du monde de patinage synchronisé de l’ISU avec la plus haute note monde de patinage synchronisé de l’ISU (Union Internationale de patinage).

Avec 236,31 points, il s’agissait du pointage le plus élevé jamais enregistré aux championnats du monde depuis la mise en place du système de notation actuel en 2005.

« L’équipe était très fière de ses performances. C’est un rêve devenu réalité », raconte en entrevue Laurie Désilets, de Trois-Rivières et capitaine de l’équipe sénior depuis dix ans. La dernière fois que les Suprêmes ont remporté une médaille aux Mondiaux, c’était une médaille de bronze en 2003. C’est une première sur la plus haute marche du podium.

« C’est d’autant plus spécial comme victoire, car c’était seulement notre deuxième compétition en deux ans. La pandémie nous a beaucoup affectées. Nous ne pouvions pas nous entraîner ensemble, même la préparation physique devait se faire seule à la maison », poursuit le jeune femme dont la fierté transparait dans la voix et dans les yeux.

Peu connu, et encore assez loin d’une présentation aux Jeux olympiques, le patinage synchronisé comporte deux volets : le programme de cours incluant des éléments techniques dure 2 minutes 50 secondes ; le programme long, de 3 minutes 50 secondes, donne toute la place à la créativité, explique Laurie Désilet. Elles sont 16 patineuses sur la glace dans une équipe des 20 filles.

La fédération internationale a fait une demande pour que le patinage synchronisé fasse partie des disciplines olympiques. « Nous devrions avoir une réponse en juin pour pouvoir compétitionner aux jeux d’hiver de 2026 », espère-t-elle de tout cœur.

Mais avant de gagner la médaille d’or au First Ontario Centre, de Hamilton, Les Suprêmes ont vécu tous les contretemps possibles de la pandémie COVID-19, d’autant plus que les prestations et les portées comportent des contacts, ce qui a reporté encore plus longtemps les pratiques du groupe sur la glace.

« Compétitionner à Hamilton, devant nos familles, nos amis et nos jeunes collègues juniors et novices des Suprêmes, c’était une grande joie. On sentait les encouragements de la foule. Ça nous donnait de l’énergie », ajoute la capitaine avec conviction. « Nous savions que notre équipe était performante et nous l’avons démontré. »

Laurie Désilet s’entraîne depuis 21 ans en patinage synchronisé. D’abord avec les Magistrales de Trois-Rivières avant de joindre les rangs des Suprêmes quelque années plus tard. Elle y est depuis 11 ans, dont 10 ans comme capitaine.

Elle connait les entraînements cinq jours par semaine en plus de la préparation physique et la chorégraphie hors glace. Elle consacre en 20 et 25 heures pas semaine à son sport.

Comme capitaine, pendant la pandémie, elle était le lien entre les entraîneurs et les équipières tout en les soutenant moralement pour les garder motivées dans leurs entraînements en solo. « Il fallait être créatives pendant la pandémie », confie-t-elle. « Je suis très fière parce qu’on a fait preuve de persévérance. Notre médaille d’or aura des retombées sur tous les niveaux du groupe et la relève chez Les Suprêmes. »

Les championnes canadiennes, entraînées par Marilyn Langlois, Pascal Denis et Amélie Brochu. Les membres de l’équipe Les Suprêmes étaient Amelia Asparian, Anouk Begin, Karianne Begin, Julia Bernardo, Anne-Claude Champagne, Loriana Cocca, Marie-Ève ​​Comtois, Laurie Desilets, Olivia Di Giandomenico, Lisanne Foley, Charlotte Grutter, Alessia Hart-Lewis, Giulia Hart — Lewis, Audrey-Ann Lajeunesse, Agathe Sigrid Merlier, Andréanne Paradis, Martha Maria Pietrasik, Florence Poulin, Olivia Ronca et Emmakaisa Tikkinen.

Voici les liens pour voir les deux performances : 

Programme court : https://m.youtube.com/watch?v=ZlGPe4yiiqc&list=PLuiPiC1Hk8eKvGoCOXlN_zco5mB6xijUG&index=2

Programme long : https://m.youtube.com/watch?v=w0ccBKaZfkg&list=PLuiPiC1Hk8eJp-2X9qhc0eYe0X2gp2oIV&index=1

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


20 janvier 2023

Commotions: un retour à l'école rapide serait bénéfique pour les jeunes

Les jeunes qui ont subi une commotion cérébrale auraient tout intérêt à retourner à l'école dès que possible, en autant que des mesures soient prises pour accommoder leurs symptômes, ont constaté des chercheurs de l’Institut de recherche du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO). Et paradoxalement, plus les symptômes étaient ...

21 décembre 2022

L'activité physique pourrait freiner la croissance du cancer

Des protéines produites par les muscles lors de l'activité physique pourraient inhiber le développement des cellules du cancer de la prostate et donc freiner la progression de la maladie, porte à croire une étude à laquelle a participé un chercheur montréalais. Le même phénomène pourrait s'appliquer à d'autres types de cancers, a précisé le ...

24 octobre 2022

Activité physique des jeunes: le Canada à la traîne par rapport à plusieurs pays

Des comparaisons mondiales sur l'activité physique des enfants et des jeunes révèlent que le Canada continue d'accuser un retard par rapport à d'autres pays pour plusieurs indicateurs clés.  Les comparaisons réalisées dans 57 pays par 682 experts ont évalué dix indicateurs communs.  Le classement dévoilé par l'organisme Active Healthy Kids ...