Publicité

15 octobre 2020 - 12:00

L'organisme est à mi-chemin son l'objectif

Santé en vrac sensibilise les jeunes à l’écoresponsabilité grâce à des capsules créatives

Par Salle des nouvelles

Avec pour mission d’accompagner leurs clients vers une meilleure santé du corps et de la planète, l’épicerie Santé en vrac se donne pour objectif de sensibiliser les jeunes à l’écoresponsabilité.

C’est en effet par un projet de capsules hautement dynamiques animées par nul autre que Guillaume Vermette, clown humanitaire, qu’Audrey Hébert-Auger souhaite rejoindre les adolescents et jeunes adultes.

« Je crois fermement que les saines habitudes de vie et de consommation passent par l’éducation », indique Audrey Hébert-Auger, propriétaire de l’épicerie Santé en vrac.

« Cela fait un bon moment que je souhaite lancer un projet d’envergure touchant les jeunes. Ils ont une fougue, une énergie contagieuse et une motivation incroyable à vouloir se faire entendre, à faire reconnaître leurs idées et leurs rêves. Avec la pandémie, le mouvement de sensibilisation à l’écoresponsabilité a le vent dans les voiles, et j’aimerais leur fournir à la fois une tribune et des outils pour porter leur message à un autre niveau » ajoute-t-elle.

C’est avec La Ruche Mauricie que Santé en vrac récidive pour mener sa campagne de financement participatif. En effet, afin de démarrer la seconde succursale de Santé en vrac à Trois-Rivières en 2018, 146 contributeurs avaient soutenu le projet, dépassant même les objectifs visés.

Un besoin de 27 000$ pour financer la conception et le tournage des capsules

Le projet Des p’tites vertes et des pas mûres vise à développer du matériel audio et visuel (vidéo et podcast) rejoignant les adolescents et les jeunes adultes. Une approche dynamique mettant en lumière des jeunes se démarquant en termes d’écoresponsabilité, des capsules découvertes et éducatives facilement accessibles, humoristiques et participatives seront créées, avec pour animateur le clown humanitaire Guillaume Vermette.

« À l'ère des réseaux sociaux, des influenceurs et de l'internet, une série de capsules vidéo hautement dynamiques nous semblent un excellent média pour arriver à nos fins. Nous nous distinguons par l'ensemble des acteurs qui gravitent autour du projet : des organismes, un clown humanitaire, des jeunes influenceurs et de jeunes partenaires », révèle Mme Hébert-Auger.

L’objectif est d’amasser 27 000$ afin de financer la conception et le tournage de 12 capsules de qualité professionnelle. La campagne de financement participatif est soutenue par le Fond Mille et Un, lequel doublera les contributions des donateurs. C’est pour ainsi dire 13 500$ qui doivent être générés par les contreparties vendues.

Ces contreparties sont diversifiées : masques en tissu, brownies en pot, kit d’épices, atelier en ligne, ensemble de produits Santé en vrac, chèque cadeau, kit zéro déchet, de même que des implications à différents niveaux aux capsules... il y en a pour tous les goûts !

Distribution des gains à trois organismes régionaux

Ce n’est pas tout. Santé en vrac souhaite dépasser son objectif car l’ensemble des fonds excédentaires seront distribués équitablement entre trois organismes partageant la mission et les valeurs du projet : La Brouette, agriculture urbaine et écocitoyenneté, Fondation Trois-Rivières Durable et Point de rue.

« Un quatrième organisme, La Caravane Philanthrope, sera également soutenue par le projet, puisque Guillaume Vermette leur remettra généreusement une portion de son cachet d’animation afin de soutenir de nombreux projets humanitaires », ajoute fièrement la propriétaire de Santé en vrac.

Les personnes souhaitant soutenir le projet Des p’tites vertes et des pas mûres n’ont qu’à se rendre sur le site de laruchequebec.com d’ici le 24 octobre, afin de contribuer.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.