Publicité

24 septembre 2020 - 11:00

Le lieu reste accessible la semaine

COVID-19 : la Ville de Nicolet ferme sa passerelle les fins de semaine

Par Salle des nouvelles

La Ville de Nicolet a annoncé la fermeture de sa passerelle du parc écomaritime de l'Anse-du-Port, les fins de semaine, jusqu'à nouvel ordre et ce à compter de demain.

« Avec le palier d'alerte qui est passé au jaune au Centre-du-Québec, la popularité sans cesse croissante de cette infrastructure et des régions limitrophes qui ont aussi élevé leurs niveaux d'alerte, nous croyons que c'est la bonne décision à prendre dans les circonstances. Parce que même si nous recommandons le port du masque, nous ne sommes pas en mesure de l'obliger et d'affecter des ressources à temps plein sur place pour faire respecter une telle consigne lorsque la distanciation n'est pas possible. Aujourd'hui nous annonçons cette mesure exceptionnelle mais soulignons du même coup que la passerelle restera ouverte la semaine, pour les Nicolétains et autres visiteurs » souligne la mairesse, Geneviève Dubois.

La passerelle restera donc accessible du lundi au vendredi en fin d'avant-midi (elle sera fermée le lundi de la fête de l'action de grâce). Les derniers week-ends, on pouvait voir des files d'automobiles stationnées sur plus d'un kilomètre de long pour cet attrait touristique de plus en plus prisé.

Début du chantier du centre d'interprétation dès demain

Par ailleurs, la démolition de l'ancien chalet de service de l'endroit débutera dès demain pour faire place au chantier du nouveau centre d'interprétation. C'est l'entreprise nicolétaine Therrien entrepreneur général qui a obtenu le contrat du nouveau centre dont la superficie sera doublée par rapport à l'ancien chalet.

Le projet du nouveau centre d'interprétation totalise une enveloppe d'un peu plus 880 000 $ et est financé par le gouvernement du Canada, le gouvernement du Québec et la Ville de Nicolet.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.