Publicité

17 septembre 2020 - 10:30

COVID-19

Victoriaville : les personnes ayant fréquenté la Brasserie Daniel Lapointe invitées à se faire dépister

Par Salle des nouvelles

La direction de la santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) a lancé un appel volontaire à toute personne ayant fréquenté la Brasserie Daniel Lapointe de Victoriaville entre le 1er et le 14 septembre pour procéder à un test de dépistage de la COVID-19. Si vous avez des inquiétudes, que vous présentiez des symptômes de la COVID-19 ou non, des plages horaires de dépistage sans rendez-vous sont disponibles.

La direction régionale de la santé publique mène présentement une enquête épidémiologique après la déclaration d’un premier cas au sein de l’établissement. Les causes exactes de la transmission du virus ne sont pas déterminées. Cette décision d’offrir du dépistage aux personnes ayant fréquenté l’établissement fait suite à une inquiétude communautaire et à l’évolution de l’enquête épidémiologique, mais le risque de transmission demeure faible.

Pas de transmission par la nourriture

L’hypothèse de la transmission du virus par la nourriture lors de la préparation des aliments a été réfutée lors de l’enquête. Le propriétaire a pris des initiatives pour limiter la propagation du virus, notamment la fermeture temporaire de l’établissement. Les mesures sanitaires visant à limiter la propagation du virus ont été respectées par la brasserie.

Le meilleur moyen de prévenir la transmission demeure le lavage des mains fréquent, la distanciation sociale et le port du masque dans les déplacements. Avec la recrudescence actuelle des cas en Mauricie et au Centre-du-Québec, la population est invitée à redoubler de vigilance et à continuer ses efforts.

Dépistage sans rendez-vous disponible

Pour faciliter les démarches, des plages horaires de dépistage sans rendez-vous seront disponibles au cours des prochains jours :

     - Les 17 et 18 septembre de 9 h à 12 h et 12 h 45 à 15 h : clinique mobile située au centre d’achat La Grande Place des Bois-Francs
     - Les 19 et 20 septembre de 8 h à 12 h au Centre de prélèvement du CLSC d'Arthabaska


La population ayant fréquenté ce lieu est invitée à demeurer à l’affût du développement de symptômes dans les jours à venir. Le cas échéant, il est toujours possible de prendre rendez-vous pour un dépistage à la clinique désignée d’évaluation par téléphone au 1 877 644-4545.

Le dépistage sans rendez-vous au centre de prélèvement est aussi disponible du lundi au vendredi de 10 h à 14 h la semaine prochaine. Ces démarches préventives sont volontaires mais importantes pour limiter la propagation du virus. 

Emplacements du dépistage sans rendez-vous :

Les 17 et 18 septembre, de 9 h à 12 h et 12 h 45 à 15 h sur la Grande Place des Bois-Francs au 1111 Boulevard Jutras E à Victoriaville, QC.

le dépistage aura également lieu les 19 et 20 septembre de 8 h à 12 h et du lundi au vendredi de 10 h à 14 h au Centre de prélèvements de l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska au 932 boulevard des Bois-Francs Sud, à Victoriaville, QC.

 
Emplacement de la clinique désignée d’évaluation :
 
La prise de rendez-vous s'effectue au 1 877 644-4545 et a lieu au Centre de prélèvement (nouvellement appelé CLSC d'Arthabaska), au932, boulevard des Bois-Francs Sud à Victoriaville (dans le stationnement de l'hôpital).
 
Il est à noter que les personnes qui se présenteront sur place doivent avoir en leur possession une carte d’identité valide et porter un couvre-visage.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.