Publicité

1 juillet 2020 - 06:00

Une initiative de l'entreprise Safrana

Un kiosque libre-service sera inauguré à Sainte-Flore le 4 juillet

Par Salle des nouvelles

Juste à temps pour la saison estivale, Sainte-Flore voit naitre son tout premier kiosque libre-service. En effet, à compter du samedi 4 juillet, en bordure du chemin de Sainte-Flore, l’entreprise Safrana mettra à la disposition des visiteurs différents produits du terroir et d’artisans locaux. L’ouverture officielle sera célébrée par un « événement pivoines », durant lequel il sera possible de se procurer de magnifiques bouquets de pivoines provenant de la réputée ferme florale Pivoines Capano.

Bien établi dans plusieurs pays, le concept de kiosque libre-service, basé sur la relation de confiance, connait une popularité grandissante au Québec. Celui-ci permet au client de choisir lui-même les produits qu’il désire et d’effectuer le paiement sur place en déposant de l’argent ou un chèque dans une boite sécurisée ou par virement Interac.

Ainsi, à deux pas du charmant village, il sera possible de profiter d’intéressantes promotions sur un vaste éventail d’articles, tels que: produits à base de roses sauvages ou de safran (tartinades, sirops, gelées, compotes), bouquets de fleurs, cosmétiques (savons, lait de bain, sel de bain, baume à lèvres), ainsi que quelques légumes. Parmi les découvertes qui s’offrent aux visiteurs, on y retrouvera la seule eau de roses sauvages certifiée biologique produite au Canada.

Le kiosque, situé au 6500, chemin de Sainte-Flore, Shawinigan (secteur Grand-Mère), sera ouvert tous les jours, de 10 h à 19 h, et ce, jusqu’à l’Action de grâce en octobre.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.