Publicité
24 février 2020 - 10:45 | Mis à jour : 10:52

Les deux policières sont arrivées peu avant les ambulanciers

Premier usage de défibrillateurs dans la police: deux agentes interviennent avec succès

Par Salle des nouvelles

Les patrouilleurs de la Direction de la police de Trois-Rivières ont utilisé pour la première fois et avec succès, un défibrillateur externe automatisé (DEA). À la suite d’une entente de partenariat conclue lundi dernier entre la Direction de la police de Trois-Rivières et le CIUSSS MCQ, il en a été convenu que plusieurs appareils DEA seraient mis à la disposition des policiers de Trois-Rivières et qu’ils recevraient progressivement une formation spécifique à ce sujet.

À ce jour, plus d’une vingtaine de policiers ont reçu une formation. En fin de semaine dernière, les agents ont reçu un appel demandant l'assistance aux ambulanciers sur la rue J.-A. Vincent. Un homme de 75 ans était en arrêt cardiorespiratoire. Deux policières sont arrivées sur les lieux quelques minutes avant les ambulanciers. Elles ont immédiatement commencé les manœuvres: l’une s’est concentrée sur le massage cardiaque pendant que l’autre installaitle DEA.

Les deux agentes ont eu le temps d’utiliser l’appareil avant l’arrivée des ambulanciers, qui ont pris le relais. Nous n’avons pas de détails sur la condition actuelle du septuagénaire, mais lors de son admission à l’hôpital, son état était stable.

La Direction de la police rappelle que le déploiement de ces appareils dans les véhicules de patrouille a pour but d’intervenir plus rapidement et d’accroitre les chances de survie d’une personne victime d’un arrêt cardiorespiratoire.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.