Publicité
16 janvier 2020 - 14:00

Le but : offrir du répit aux proches aidants de la région

L’Association pour la déficience intellectuelle obtient un soutien financier de la Fondation de la FMSQ

Par Salle des nouvelles

La Fondation de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FFMSQ) a annoncé l’octroi d’un soutien financier de 24 360 $ à l’Association pour la déficience intellectuelle Centre-Mauricie (ADI Centre-Mauricie), située à Shawinigan. Ce montant servira à la réalisation de camps de répit destinés à des personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme. Il s’agit du huitième soutien financier accordé par la FFMSQ à cet organisme.

Avec cet appui, l’ADI Centre-Mauricie pourra tenir une fin de semaine de répit en période hivernale auquel 28 aidés pourront participer ainsi que trois semaines de camp urbain durant la période estivale qui accueilleront en tout 24 aidés. Le soutien octroyé pour la réalisation de ces projets couvrira une partie du salaire des intervenants qui prendront soin des aidés pendant que leurs proches profiteront d’un moment de repos.

« Donner du répit à ceux et celles qui consacrent leur temps, leur amour et leur énergie à prendre soin d’un proche privé de son autonomie, voilà l’objectif que notre Fondation s’est donné. En permettant à des proches aidants de bénéficier d’un temps d’arrêt bien mérité pour se ressourcer, se distraire ou simplement se reposer, l’Association pour la déficience intellectuelle Centre-Mauricie atteint parfaitement cet objectif et nous sommes heureux de nous y associer à nouveau », a déclaré la présidente de la FFMSQ, Dre Diane Francœur.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.