Publicité
19 décembre 2019 - 13:00

Une deuxième vie aux vêtements

L’Aluminerie de Bécancour fait le don d’habits de pompier

Par Salle des nouvelles

Grâce à l’initiative du service des incendies de l’Aluminerie de Bécancour (ABI), l’usine fera le don de 45 habits de combat d’incendie et de 55 casques à l’organisation Les Confections Firebag MTL, qui les recyclera et transformera pour leur offrir une deuxième vie. Une partie des profits récoltés sera remise à la Fondation des pompiers du Québec pour les grands brûlés.

« Non seulement cette initiative permet de recycler du matériel qui se serait normalement retrouvé dans des sites d’enfouissement, elle permet en plus de souligner le travail exceptionnel des pompiers de notre caserne et de notre chef de sureté Guy Morin, ainsi que de supporter une cause qui nous est chère », explique Samuel St-Onge, chef de sureté adjoint de l’ABI, qui est à l’origine de ce partenariat.

« Nous offrons le premier plan éco-responsable de gestion des rebuts matériel des services incendie au pays. C’est notre mission de refaire l’histoire des héros, un sac à la fois », affirme Alexandre Vadeboncoeur, co-fondateur de Les Confections Firebag MTL.

Pour Sylvie Tremblay, directrice générale de la Fondation des pompiers du Québec pour les grands brûlés, ce geste permettra, en plus de diminuer l'impact environnemental, de contribuer à la mission d’aide aux grands brûlés du Québec.

Par ce don, ABI et son service des incendies souhaite contribuer à l’économie circulaire québécoise et sensibiliser la population au recyclage des équipements de protection contre les incendies.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.