Publicité
19 novembre 2019 - 09:00

Dans le cadre de "La ressource d'aide alimentaire" de Nicolet

Une dette effacée contre un aliment, l'idée solidaire de la bibliothèque Biron

Par Salle des nouvelles

La bibliothèque H.-N.-Biron de Nicolet a décidé, le temps des fêtes, d'effacer la dette contre une denrée à l'occasion de La ressource d'aide alimentaire de Nicolet, du 26 novembre au 21 décembre inclus.

Un album tombé au fond du bac à jouets, un roman oublié dans la roulotte, un disque rangé par mégarde dans un mauvais boîtier… Rendre à la bibliothèque des documents oubliés depuis longtemps peut parfois être gênant. De plus, à 10 sous par jour et par document, la facture peut s'élever rapidement.

Attention aux documents usés, non amnistiés

Pour la période du temps des fêtes, la bibliothèque H.-N.-Biron a décidé d’offrir la possibilité à ses usagers de rapporter leurs livres en retard et d’être amnistié. Les documents doivent être en bon état et les livres perdus ou abîmés ne seront pas amnistiés. Cet événement exceptionnel se tiendra du 26 novembre au 21 décembre inclusivement.

En contrepartie, nous espérons que les usagers de la bibliothèque seront généreux envers La ressource d’aide alimentaire de Nicolet et déposeront des denrées non périssables en grande quantité. Par cette action, la bibliothèque H.-N.-Biron souhaite récupérer des documents manquants de sa collection depuis quelque temps en plus de permettre aux abonnés de retrouver leurs privilèges de fréquentation.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.