Publicité
18 novembre 2019 - 06:00

Dans le cadre de la campagne "Écoles enracinées", initiée par Équiterre

235 paniers de légumes bio et locaux pour les familles de l’école Louis-de-France

Par Salle des nouvelles

Exit les palettes de chocolat. Ce sont des légumes provenant de trois fermes maraichères biologiques de la Mauricie que régaleront 235 familles trifluviennes cet automne.

Les élèves de l’école primaire Louis-de-France ont participé avec grand enthousiasme à la campagne de financement Écoles enracinées, initiée par Équiterre. Si bien que la ferme la coopérative La Charrette s’est associée aux Jardins Bio Campanipol et à La Chouette Lapone pour garnir ce nombre impressionnant de paniers qui ont été distribués le 15 novembre à l’école Louis-de-France.

Une campagne de financement éducative et santé !

La campagne Écoles enracinées est à la fois une manière originale pour l’établissement scolaire de trouver du financement et une occasion de faire de l’éducation sur l’alimentation saine auprès des élèves et de leurs familles. Le tout, en partenariat avec des maraichers biologiques de la région.

« La réponse des familles à ce projet dépasse toutes nos attentes! », affirme Julia Grenier, responsable de l’École Louis-de-France et directrice générale d’Agrécoles. « Comme quoi c’est dans l’air du temps d’allier santé, éducation et circuits de proximité, dans une optique de développement durable. »

Pour Florence Bélanger, membre fondatrice de la Coopérative La Charrette, « c’est une belle occasion de faire découvrir des produits biologiques et locaux de la région à des familles qui n’ont peut-être pas l’opportunité de les connaitre. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.