Publicité
9 octobre 2019 - 14:00

Dans le cadre de l'appel du Regroupement des organismes d'éducation populaire autonome de la Mauricie

Un message fort contre la montée des extrémismes

Par Salle des nouvelles

Une trentaine de personnes se sont rassemblées lundi afin d’entendre Mathieu Forcier du Musée de l’Holocauste Montréal, suite à l’appel du Regroupement des organismes d’éducation populaire autonome de la Mauricie (ROÉPAM). Pour l’occasion, Denis Roy, conseiller municipal du district Marie-de-l’Incarnation s’était aussi déplacé afin de représenter la ville de Trois-Rivières à l’événement.

C’est au cours d’une conférence d’environ une heure trente que Mathieu Forcier a abordé divers thèmes, allant de la riche histoire de la culture juive à Trois-Rivières, en passant par les horreurs des camps d’extermination construits par les nazis, sans oublier la récente montée des mouvances d’extrême-droite qui font la promotion de discours haineux et parfois violents.

Au point culminant de ladite conférence, Mathieu Forcier et Marc Benoît, coordonnateur du Roépam, ont souhaité lancer un message fort à la population de Trois-Rivières et de la Mauricie : « En hommage aux soldats canadiens morts au combat pour mettre fin aux atrocités nazis et, plus spécifiquement, au génocide que fut l’Holocauste, il est de la responsabilité collective de tous, incluant les élus, mais aussi les médias, de rester vigilants envers les discours haineux et les groupscules qui en font la promotion. »

Ils en ont aussi profité pour rappeler l’esprit d’ouverture et de solidarité des trifluviens, qui jadis, avaient élu le premier député juif de l’histoire de l’ensemble des dominions britanniques – Ezekiel Hart –, et ce, malgré l’ostracisation d’on ce dernier était victime. « Ezekiel Hart est un symbole historique pour Trois-Rivières, la preuve est que nous l’avons honoré par une rue qui porte son nom », a conclu Marc Benoît.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.