Publicité
7 octobre 2019 - 14:00

Secteur Montmorency

Le concours de design pluridisciplinaire a révélé les lauréats et le coeur de leur projet

Par Salle des nouvelles

Lors du dernier conseil municipal, Marc Demers, maire de Laval, a annoncé le lauréat du concours de design pluridisciplinaire pour le centre-ville. Il s’agit de l’équipe composée de Conscience urbaine, de Collectif Escargo et de Petrone Architecture.

Le jury les a nommé vainqueurs de façon unanime, notamment pour la force du propos narratif de leur projet. Ce dernier témoigne d’une grande sensibilité et s’inscrit parfaitement dans la vision culturelle du secteur Montmorency Métamorphoses créatives.

« Grâce à ce concours, nous pouvons enfin voir la future allure d’un quadrilatère important du centre-ville. Le secteur Montmorency sera dorénavant associé à la création, à l’innovation, à la culture et au savoir », a affirmé Marc Demers.

Ce concours visait à concrétiser la vision culturelle Métamorphoses créatives afin de la traduire en des principes d’interventions clairs pour en dégager une signature forte, exclusive et contemporaine valorisant l’expérience humaine et créative. Ce projet a vu le jour grâce au Fonds d’appui au rayonnement des régions du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec.

 

Une première intervention à hauteur de 150 000 $ en 2020

Au total, douze candidatures jugées admissibles ont été reçues, incluant les quatre finalistes. Le lauréat a ensuite été choisi par un jury suite à une présentation devant public.

Un contrat d’une valeur de 130 000 $ sera octroyé au lauréat pour parachever son concept et élaborer des lignes directrices. Une première intervention, au coût de 150 000 $, sera réalisée en 2020, marquant ainsi le début de la transformation du secteur Montmorency du centre-ville.

 

Une « machine qui brode » comme inspiration pour forger le cœur de Laval

L’équipe lauréate a proposé une trame narrative mettant en valeur une machine qui brode, à échelle humaine, la dentelle du tissu urbain. À travers cette trame, le concept propose une genèse et un récit.

Comme une nouvelle mythologie, la machine amène l’idée que le cœur de Laval ne s’est pas développé au hasard et qu’il n’est pas récent. Au contraire, il est habité et porteur de culture depuis des temps immémoriaux. « Le concept fait référence à l’identité lavalloise, mais également à son développement, à son avenir. Les citoyens nous ont demandé un centre-ville où ils pourront vivre, socialiser, se divertir, travailler et étudier. C’est ce que nous souhaitons leur offrir », a soutenu Stéphane Boyer, vice-président du comité exécutif.

Pour l’artiste et la présidente du jury Ayana O’Shun, « le jury a été impressionné par la trame narrative forte qui réunit les citoyens autour d’un projet d’art et de design qui suscite l’imaginaire. Comme Lavalloise résidant au centre-ville, j’ai très hâte de voir ma ville se métamorphoser sous l’impulsion de cette vision. »

Le jury a également décerné une mention à l’équipe Sans façon et Architecturama et à ses collaborateurs : Balistique, Amery Calvelli et Claude Gosselin. Ensemble, ils ont proposé une approche innovante plaçant le public et les créateurs au cœur de la transformation du secteur.

 

Une exposition au grand public sur la place Claude-Léveillée

Afin de mettre en valeur le concept lauréat et les finalistes du concours de design, une exposition extérieure sera présentée sur la place publique Claude-Léveillée. Elle sera accessible librement jusqu'au 11 novembre.

Les planches visuelles des quatre équipes peuvent aussi être consultées sur le site Web de la Ville de Laval.

 

Les membres de l’équipe lauréate sont :

Conscience urbaine

Direction artistique : Fanie St-Michel

Collectif Escargo

Architecte paysagiste : Karyna St-Pierre 

Designer : Pierre-Yves Diehl

Designer : Julie Parenteau

Pétrone Architecture

Architecte paysagiste : Déline Petrone.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.