Publicité
7 octobre 2019 - 09:00

Aider les entreprises et les travailleurs à prendre le virage

La Cellule d'expertise en robotique et intelligence artificelle lance ses activités au Cégep de Trois-Rivières

Par Salle des nouvelles

C’est en présence de plusieurs partenaires que le Cégep de Trois-Rivières et sa Direction de la formation continue et des services aux entreprises ont procédé au lancement des activités de la Cellule d’Expertise en Robotique et Intelligence Artificielle.

La Cellule d’Expertise en Robotique et Intelligence Artificielle a pour mission d’aider les entreprises et les travailleurs à prendre l’important virage de l’intelligence artificielle et de la robotique, ceci afin de répondre à leurs défis de développement.

Des services d’accompagnement, de formation, de conférences et de recherche appliquée seront offerts aux différentes clientèles. Au cours des prochains mois, des programmes seront conçus afin de permettre aux diplômés ou aux professionnels issus de domaines connexes de se spécialiser.

Pour le directeur général du Cégep de Trois-Rivières, M. Louis Gendron, la mise en place de ce projet s’inscrit dans la vision du collège qui est de valoriser le savoir, la compétence, la recherche technologique et l’innovation. « En ce sens, le Cégep de Trois-Rivières est fier de soutenir les entreprises dans ce domaine et de leur permettre d’augmenter leur productivité », soutient-il.

 

"Accompagner les entreprises lors de l'intégration de ces nouvelles technologies"

Depuis quelques mois, M. Jean-Sébastien Dessureault, expert en intelligence artificielle, s’est joint à l’équipe de la Direction de la formation continue et des services aux entreprises pour mettre en place ce projet. « Les techniques de l’intelligence artificielle sont maintenant suffisamment matures et diversifiées pour pouvoir être utiles dans une majorité de PME. Elles sont pourtant encore méconnues. Le rôle de la Cellule d’Expertise en Robotique et Intelligence
Artificielle sera d’accompagner les entreprises lors de l’intégration de ces nouvelles technologies
», a-t-il indiqué lors du point de presse.

Présent lors de la conférence de presse annonçant cet ajout à l’offre de service du Cégep de Trois-Rivières, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie Jean Boulet a souligné: 

« La productivité passe par l’automatisation et la robotisation et il s’agit d’une solution qui s’inscrit dans mon Plan d’action pour la main-d’œuvre afin de contrer la rareté de main-d’œuvre. Il est grand temps que nos entreprises emboitent le pas, et je suis heureux de voir que le Cégep sera là pour les accompagner dans ce défi ».

 

Une somme importante de données

Pour le PDG de Noovelia, M. Alain Lemieux, la collaboration entre les établissements d’enseignement supérieur et le secteur privé est la voie de l’avenir en ce qui a trait au développement et à l’implantation des grands bonds technologiques qui assureront le succès des industries.

De son côté, le directeur de la recherche et développement de Bionest, M. Martin Milot, indique qu’il voit un potentiel pour l’intelligence artificielle dans le traitement autonome des eaux usées résidentielles. « Nous avons des dizaines de milliers de systèmes en opération qui sont inspectés annuellement. Ces inspections génèrent une somme importante de données que nous souhaitons soumettre à l’intelligence artificielle dans le but de nous assister dans la planification de l’entretien et de la maintenance de nos systèmes ».

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.