Publicité
28 septembre 2019 - 09:00

Cuisine

L'événement gastronomique Myco a rassemblé une classe forestière de chefs pour favoriser l'utilisation des champignons

Par Salle des nouvelles

Champignons forestiers de la Mauricie ainsi que la Microbrasserie Le Temps d’une Pinte tenaient, le mercredi 25 septembre, la 3e Classe forestière des chefs participants à MYCO : Rendez-vous de la gastronomie forestière.

« Pour favoriser davantage l’utilisation des champignons forestiers tout au long de l’année, on a visé cette fois-ci une formation qui permettra aux chefs de savoir quels champignons il est préférable d’utiliser déshydratés, en marinade et même congelés en dehors de la saison des champignons frais », a expliqué Patrick Lupien, coordonnateur de la Filière mycologique de la Mauricie.

Les champignons sauvages sur les 13 meilleures tables de la région du 3 au 6 octobre

Rappelons que MYCO en est à sa troisième édition cet automne. Cet événement gastronomique
met en avant-plan les champignons sauvages et autres comestibles forestiers et produits du terroir mauricien par le biais de treize des meilleures tables de la région du 3 au 6 octobre.

Donnée cette année par Martine Gervais du Cercle des mycologues de Lanaudière – Mauricie, l’atelier portait sur l’utilisation des champignons forestiers au gré des 4 saisons. Les chefs ont donc pu repartir avec des trucs et techniques leur permettant de cuisiner les champignons frais bien sûr, déshydratés, mais aussi congelés, ce qui a suscité l’intérêt des Chefs. La palette des goûts (amertume, aromates, réaction à la cuisson, combinaison avec autres aliments et champignons) était aussi à l’ordre du jour de l’atelier en plus d’aborder des conseils de préparation avant cuisson.

Par la même occasion, les organisateurs ont procédé au dévoilement des menus des restaurants participants, maintenant disponibles en ligne. Les réservations se font directement auprès du restaurant de leur choix.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.