Publicité
1 septembre 2019 - 16:00

La présence policière aux abords des zones scolaires sera accentuée pour la période du 30 août au 26 septembre

Rentrée scolaire : un événement qui influence les habitudes de circulation des usagers du réseau routier

Par Salle des nouvelles

La rentrée scolaire est un évènement qui influence beaucoup les habitudes de circulation des usagers du réseau routier. Pour cette raison, la présence policière aux abords des zones scolaires sera accentuée pour la période du 30 août au 26 septembre. 

De nombreuses opérations de surveillances et de sensibilisation seront réalisées par les patrouilleurs de la Direction de la police, tout au long de cette période. Ceux-ci remettront aux automobilistes, des feuillets d’information concernant les règles de sécurité dans le transport scolaire, le respect du brigadier scolaire et des traverses des écoliers ainsi que la vitesse dans les zones scolaires. De nouvelles mesures sont entrées en vigueur le 1er août dernier concernant les zones de 30 km/h. Dorénavant, les amendes seront doublées dans ces zones, à l’image des zones de construction. 

Ainsi, selon l’article 516.2 du Code de la sécurité routière, le conducteur d’un véhicule routier qui excède la limite de vitesse permise dans une zone scolaire est passible d’une amende égale au double de celle prévue à l’article 516, Infraction commise entre le 1er septembre et le 30 juin

Il est également important de rappeler aux automobilistes que le panneau d’arrêt du brigadier scolaire a la même exigence légale qu’un panneau d’arrêt à une intersection. À noter que l’amende est également doublée au montant de 200 $. 

La Direction de la police de Trois-Rivières souhaite que la rentrée scolaire soit agréable et que les efforts déployés incitent la population à adopter des comportements sécuritaires en tout temps. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.