Publicité
28 juin 2019 - 09:00

Au cours des huit prochaines semaines, 230 Sunny ensoleilleront la vie de plus de 3500 aînés en CHSLD

Déploiement du projet Sunny Action : les jeunes Sunny rayonnent sur le Québec

Par Salle des nouvelles

Ce sont plus de 230 Sunny, répartis dans cinq régions du Québec, qui se sont inscrits au projet Sunny Action 2019. Depuis le 25 juin dernier et pour les huit prochaines semaines, ils ensoleilleront la vie de plus de 3500 aînés en CHSLD.

Âgés de 12 à 17 ans, les jeunes bénévoles participeront à l’animation des milieux de vie des résidents et ainsi, contribueront à la mission du projet, initié par la Fondation Sunny D. Extrême : créer des liens intergénérationnels et contrer l’isolement.

Pour M. Alain Desbiens, président de la fondation, « le bénévolat jeunesse est encore bien présent et tous ces jeunes impliqués sont la relève de demain. Sans leur implication, le projet n’existerait pas, ce qu’ils font est tout simplement extraordinaire ».

Rappelons qu’en juin 2017, lors du Symposium des meilleures pratiques en CHSLD, la fondation s’est vu octroyer une subvention de 1,7 millions sur 4 ans afin d’étendre le projet Sunny Action à d’autres régions du Québec.

Depuis, ce sont les CIUSSS de la Capitale-Nationale, de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, de l’Estrie ainsi que le CISSS Chaudière-Appalaches, en collaboration avec l’Association Bénévole Beauce-Sartigan, qui se sont joints au CIUSSS de la Mauricie-Centre-du-Québec, là où le projet est né il y a maintenant 7 ans.

À propos de la Fondation Sunny D. Extrême

La Fondation Sunny D. Extrême a été créée en 2007 en mémoire de Sunny, le fils d’Alain Desbiens, décédé accidentellement à 14 ans. L’adolescent avait l’habitude de visiter les personnes âgées pour partager sa joie de vivre et rendre de menus services. Les projets de la Fondation Sunny D. Extrême prolongent l’influence positive de ce jeune et son engagement dans la communauté.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.