Publicité
8 mars 2019 - 14:40 | Mis à jour : 14:59

Jean-François Aubin, candidat à la mairie, compte faire de l’Île St-Quentin un parc régional

 

Le candidat à la mairie de Trois-Rivières, Jean-François Aubin, compte faire de l’Île St-Quentin un parc régional et un élément important de la stratégie touristique de la ville. Il veut doter l’île d’un petit traversier, d’une navette, d’aires de camping quatre saisons et de sentiers d’interprétation, tout en préservant le fragile écosystème du parc.
 

M. Aubin souhaite aussi que les pavillons de l’île, principalement le pavillon des baigneurs, soient complètement rénovés.
 

 

« L’Île St-Quentin, c’est un joyau en plein cœur de la ville, dont nous commençons à peine à réaliser toute la valeur », explique M. Aubin. Depuis quatre ans, des efforts importants ont été réalisés pour améliorer les lieux. La Corporation de l’Île St-Quentin a réalisé, l’automne dernier, une vaste consultation qui mènera à un plan directeur devant être adopté par le conseil municipal d’ici quelques semaines. Il est important de positionner l’Île St-Quentin non pas comme un simple parc municipal, mais bien comme un parc régional reconnu. L’Île St-Quentin pourrait alors se joindre au réseau des Parcs régionaux du Québec. Ce regroupement fait la promotion d’une image de marque distinctive de parcs nature à vocation récréotouristique et permet un positionnement avantageux dans l’offre touristique nationale.
 

Développement de l’offre touristique
 

Il faut également utiliser cet endroit magnifique pour poursuivre notre développement touristique, soutient M. Aubin, qui propose l’ajout d’un petit traversier qui permettra aux gens en visite à Trois-Rivières sur le St-Laurent d’aller se balader sur l’île.
 

« Imaginons, les gens qui viennent de l’extérieur pour voir le spectacle du Cirque du Soleil et, avant d’aller souper au centre-ville, vont se promener sur l’île. Ils repartiront de Trois-Rivières avec des images magnifiques en tête », ajoute M. Aubin. Selon lui, tout en respectant l’écosystème fragile de l’Île St-Quentin, on peut y développer une dimension touristique plus qu’intéressante, axée sur la nature. « Que ce soit du camping dans des endroits aménagés, été comme hiver, que ce soit des sentiers de mise en valeur de la flore et de la faune de ce merveilleux endroit, il y a moyen d’en faire un attrait majeur qui s’arrimera aux autres activités touristiques, tout en y préservant la biodiversité. »
 

« Le développement de l’offre de l’île doit se faire sur quelques années. Premièrement, nous allons poursuivre l’amélioration des éléments de base comme l’accès à l’eau, l’égout, les bâtiments et l’entretien des installations, puis propulser Trois-Rivières de l’avant avec cette île magique. », ajoute le candidat.
 

Un centre d’interprétation de la nature

«En rénovant les édifices, on pourrait en récupérer un et le transformer en centre d’interprétation de la nature. Je sais que des amoureux de l’île en rêve et seraient prêts à s’investir dans un tel projet. On doit aussi penser à faire une cure de rajeunissement au Pavillon Jacques-Cartier et mettre en valeur sa terrasse

Une perspective tournée vers l’avenir
 

« Nous allons travailler avec le conseil d’administration de l’île afin de redonner à cet endroit de rêve tout le cachet, la splendeur et la protection qu’il mérite. De plus, cette offre sera accessible aux citoyens, mais également aux touristes du Québec et d’ailleurs qui, de plus en plus, mettent Trois-Rivières dans leurs destination de choix. », conclut le candidat à la mairie.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.