Publicité
18 février 2019 - 14:31 | Mis à jour : 14:41

Un nouvel outil adapté qui répond aux besoins des proches aidants en emploi de la Mauricie

Le Centre d’action bénévole de Grand-Mère et le Centre d’action bénévole Trait d’Union lancent la première page Facebook Proches Aidants Mauricie, une plateforme informative et de soutien administrée par des travailleuses de milieu qui vise à soutenir les proches aidants en emploi de la région de la Mauricie.

Être proche aidant à l’emploi, une réalité complexe autant pour les employeurs que les employés

Au Canada, une personne sur quatre est proche aidante. De ce nombre, 56 % occupe un emploi et jongle avec une réalité qui la restreint dans ses activités professionnelles et personnelles. Selon les statistiques rassemblées par L’Appui Mauricie pour les proches aidants d’aînés, la moitié des personnes proches aidantes travaillent plus de 30 heures par semaines, 44 % d’entre elles sont appelées à manquer de jours de travail et 15 % à réduire leur temps de travail.

Dans un contexte de pénurie de main d’œuvre, les employeurs essaient de maintenir leurs employés le plus longtemps possible au sein de leur entreprise et d’embaucher des personnes d’expérience. 83% des emplois créés au Québec, depuis 2012, ont été comblés par des personnes de 55 ans et plus. D’ailleurs, selon une étude du HEC Montréal, les contrecoups les plus fréquents liés au rôle proche aidant à l’emploi sont une difficulté de concentration, la nécessité de répondre à un appel ou à une urgence pendant les heures travaillées, d’utiliser la pause pour régler des problèmes, de quitter plus tôt et/ou encore de prendre des congés personnels pour soutenir un proche. On démontre même que 10 % des proches aidants à l’emploi sont ou seront appelés à quitter la vie active soit par une démission, un licenciement ou une retraite anticipée. Si l’épuisement émotionnel et les conflits travail-vie personnelle sont significativement plus élevés chez les proches aidants, l’étude du HEC Montréal a révélé que les proches aidants souhaitent rester en emploi et sont encore plus engagés envers leurs entreprises que leurs collègues qui ne prennent pas soin d’un aîné.

C’est donc dans ce contexte que les deux Centres d’action bénévole de la grande région de Shawinigan lancent la page Facebook Proches aidants Mauricie en collaboration avec d’autres organismes de la Mauricie. Cette page, qui vise à rejoindre principalement les 35-65 ans, se veut un outil informatif adapté à la réalité de ces personnes proches aidantes. On y retrouve des capsules informatives, des articles pertinents, un calendrier des activités ainsi que de l’information sur les nouveaux services offerts. Un groupe privé du même nom est également disponible. Il s’agit d’un lieu virtuel où les personnes proches aidantes pourront ventiler et échanger, en toute sécurité grâce à la modération des propos par les intervenants, avec d’autres proches aidants sur leurs réalités respectives, les enjeux quotidiens, les trucs et les astuces développés au cours de leur parcours d’aidant, une façon de contrer l’isolement social de ces personnes.

À propos Le Centre d’action bénévole de Grand-Mère et le Centre d’action bénévole Trait d’Union ont pour but de promouvoir l’action bénévole dans les différents secteurs de l’activité humaine et répondre à des besoins spécifiques du milieu par l’action bénévole. Leur philosophie d’action est de reconnaître, encourager et valoriser le bénévole dans le respect de ses compétences et de ses capacités à travers son action bénévole. Les actions posées par les bénévoles des CABs ont une répercussion significative sur la vie de la communauté. Elles répondent à des besoins essentiels, améliorent la qualité de vie et jouent un rôle important sur l’environnement social et le maintien à domicile de nos aînés.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.