Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
12 novembre 2018 - 14:30

Première édition de La Shop à réparer

Le 23 novembre prochain, jour du Vendredi fou (Black Friday), Environnement Mauricie, COMSEP et la CDEC de Trois-Rivières invitent la population de Trois- Rivières à faire un pied de nez au gaspillage, à l’obsolescence et à la surconsommation en participant à la 1ère édition de La Shop à réparer. La population sera invitée à amener des petits objets du quotidien défectueux et des bénévoles réparateurs tenteront de leur donner une deuxième vie.

Développer le réflexe de la réparation

Devant le constat qu’une majorité de consommateurs optent pour le remplacement de leurs objets défectueux plutôt que leur réparation, La Shop à réparer est une occasion non seulement de renverser la vapeur, mais aussi d’amener la population à poser un regard critique sur sa consommation.

« C’est aussi une belle occasion de solidarité, puisque des citoyens bénévoles offrent de leur temps gratuitement pour partager leurs connaissances, note Lauréanne Daneau, directrice générale d’Environnement Mauricie. La réparation n’est pas garantie, ajoute-t-elle, mais on promet d’essayer ! ».

Inspirée du concept des Repair cafe, nés à Amsterdam il y a une dizaine d’années et de plus en plus populaires au Canada, La Shop à réparer propose plusieurs postes de réparation : petits appareils électriques, ordinateurs et téléphones, textiles et autres. Des ateliers sur le mode de vie zéro déchet seront aussi présentés sans frais à 15 h et 18 h.

Détails: 

Quand: vendredi, 23 novembre
Heure: 14h à 19h 
Où: Maison de la Solidarité (cafétéria) au 1060, rue Saint-François à Trois-Rivières
Ouvert à tous. 

 

 

 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.