Publicité
4 octobre 2018 - 11:22 | Mis à jour : 11:25

Un nouvel outil de prévention pour apprendre à mieux vivre ensemble dans le cyberespace

Suite à l’obtention d’une aide financière de 40 000 $ en 2017- 2018 provenant du Ministère de la Famille dans le cadre de son programme de soutien financier Ensemble contre l’intimidation, deux organisations de la Mauricie et du Centre-du- Québec, Équijustice Centre-de-la-Mauricie/Mékinac et Équijustice Arthabaska/Érable, ont conçu un programme qui vise à sensibiliser et outiller les jeunes vers la cybercitoyenneté.

Équijustice est un réseau de justice réparatrice et de médiation citoyenne comptant 23 membres à travers tout le Québec. La mission d’Équijustice est de développer une justice équitable et accessible à tous en invitant les personnes à s’engager dans la gestion des difficultés qu’elles vivent en collectivité et en les accompagnant dans le respect de leurs droits et de leurs différences. C’est donc dans une philosophie de justice réparatrice que ces ateliers ont été conçus en conformité avec le programme de formation de l’école québécoise. Les élèves de la 4e à la 6e année du primaire et de 4e et 5e secondaire seront sensibilisés à différents thèmes tels que l’identité virtuelle, les interactions en ligne et la cybercriminalité.

Après avoir expérimenté les ateliers dans quelques écoles ciblées, le programme est maintenant disponible pour toutes les écoles de la commission scolaire de l’Énergie et la commission scolaire des Bois-Francs. Fort de son réseau qui regroupe 23 organisations à travers la province, les outils seront également disponibles à l’ensemble du réseau Équijustice. Jusqu’à maintenant, 1571 élèves ont été rencontrés dans le cadre de ces ateliers, ainsi que 95 directions et membres du personnel scolaire.

Les deux chargés de projet Stéphanie Desharnais et Emmanuel Blondin sont fiers de déployer ce programme et d’avoir un impact positif sur les jeunes. « La semaine contre l’intimidation et la violence à l’école qui a pour thématique le civisme cette année est pour nous l’occasion d’outiller les milieux scolaires pour apprendre à mieux vivre ensemble dans le cyberespace. »

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.