Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
15 août 2018 - 15:50

Lien interrives de La Gabelle : le comité de travail en action

Par Salle des nouvelles

Au terme de sa deuxième rencontre, le comité de travail sur la sécurité au lien interrives de La Gabelle a convenu de prendre le temps nécessaire à la réalisation de son mandat d’analyse des moyens possibles qui permettront d’éviter la récurrence des accidents à cet endroit.

L' objectif commun est de trouver une solution qui garantira la sécurité des employés d’Hydro-Québec ainsi que de tous les utilisateurs du lien interrives de La Gabelle. Cette cohabitation sécuritaire est primordiale et demeure le but premier de notre réflexion.

L’événement impliquant un employé d’Hydro-Québec le 11 juillet dernier a mis en lumière le fait que nous faisons face à certains comportements inappropriés.  Si une solution simple pouvait permettre de corriger le tir, elle serait déjà en place.

Il est donc trop tôt pour discuter de la réouverture probable du lien interrives pour les véhicules motorisés.

Les membres du comité ont convenu de ne pas commenter davantage la situation tant qu’une solution finale et viable ne sera pas prise.  Lorsque ce sera le cas, cette décision sera bien sûr communiquée à la population. D’ici là, le lien interrives de La Gabelle demeure ouvert aux piétons et aux cyclistes uniquement.

Il était déjà prévu que des fermetures sporadiques aient lieu durant l’automne 2018 afin de compléter les travaux résiduels effectués par Hydro-Québec. Ces fermetures de courte durée s’appliqueront aux piétons et aux cyclistes selon l’évolution des travaux. L’information quant au statut du lien interrives de la Gabelle est mise à jour sur le site web d’Hydro-Québec à www.hydroquebec.com/gabelle et via sa ligne Info-Projets au 1 866 388-1978.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.