Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
25 juin 2018 - 14:43 | Mis à jour : 15:05

Transport médical par hélicoptère, un projet pilote pour la Mauricie

Le 22 juin dernier, le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé que le Centre de services du Haut-Saint-Maurice et l’Hôpital du Centre-de-la-Mauricie prendront part au projet pilote pour le transport médical par hélicoptère. C'est une excellente nouvelle qui viendra en soutien à des installations plus éloignées sur le territoire, respectivement situées à La Tuque et à Shawinigan.

Quand le temps de transport peut sauver des vies

Rappelons que l’objectif consiste à améliorer le temps de transport total vers l’expertise médicale d’un centre tertiaire (Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal) pour des pathologies où cette séquence peut avoir un impact considérable sur la santé de l’usager, voire sa survie.

« Nous sommes extrêmement honorés d’y contribuer dans notre souci d’accès à des soins et services de qualité et sécuritaires à la population de notre région. D’ici septembre, nous travaillerons à mettre tout en œuvre en collaboration avec nos comités traumatologie », souligne monsieur Martin Beaumont, président-directeur général du CIUSSS MCQ.

Dr François Parent, directeur médical régional des services préhospitaliers d'urgence, abonde dans le même sens : « Cette annonce répond à une attente que nous nous posions depuis des années, particulièrement pour les usagers du territoire du Haut-Saint-Maurice. Pour des problématiques aiguës qui surviennent, l’hélicoptère pourrait s’avérer une solution permettant de gagner un temps précieux pour nos usagers en situation d’urgence. »

La participation au projet pilote permettra d’effectuer le suivi quant à l’efficacité de cette possibilité, entre autres, en termes de pathologies pour lesquelles le transport médical par hélicoptère est pertinent, l’économie de temps généré et ultimement, les répercussions sur le plan clinique pour les usagers qui pouront en bénéficier.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.