Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
30 avril 2018 - 11:24

De beaux défis attendent la Société Saint-Jean-Baptiste de la Mauricie

Par Salle des nouvelles

C’est samedi qu’avait lieu l’assemblée générale de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de la Mauricie. Au cours de cette rencontre, les membres ont pu constater que l’organisme est plus dynamique que jamais.
 
Sandra Dessureault a été reconduite à titre de présidente. Lucia Ferretti, historienne, professeure et chercheure à l’Université du Québec à Trois-Rivières, se joint au conseil composé de Josée Bourassa, Lauréanne Daneau, Valérie Deschamps, Jean-François Lacoursière, Louis-Philippe Laroche, Alain Lirette, Roger Kemp, Yves Rocheleau et Jean-François Veilleux.
 
L’achat de la librairie Poirier il y a maintenant plus d’un an a modifié de façon significative l’environnement organisationnel de la SSJB. Cette acquisition a permis de diversifier les activités de l’organisation tout en restant fidèle à la mission de l’organisme.
 
« Devenir libraire nous a surtout permis de nous démarquer sur la scène culturelle, d’établir des liens avec des organisations différentes ayant des intérêts similaires aux nôtres » précise Mme Sandra Dessureault, présidente de la SSJB.
 
La dernière année a également été l’occasion de réévaluer les outils de communication de l’organisation. Le logo a été revampé, le site internet a été refait et la SSJB a maximisé sa présence sur les réseaux sociaux afin de rejoindre encore plus adéquatement ses membres.
 
À propos de la SSJB
 
La SSJB regroupe plusieurs comités plus actifs les uns que les autres ainsi que de nombreuses
sections locales travaillant dans un but commun.
 
Fondée en 1934, la Société Saint-Jean-Baptiste de la Mauricie (SSJB Mauricie) regroupe aujourd’hui 13 Sociétés locales et cellules réparties sur tout le territoire de la Mauricie, de plus elle a pour mission de défendre et promouvoir la langue française et les intérêts de la nation québecoise.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.