Publicité

22 mai 2020 - 17:00

Saisie de cocaïne, de cannabis et de munitions

Une perquisition mène à l'arrestation de trois personnes liées au trafic de stupéfiants

Par Salle des nouvelles

Les enquêteurs de la direction de la police de Trois-Rivières en collaboration avec leurs collègues de la Sûreté du Québec, ont procédé ce matin, à une perquisition et trois arrestations en lien avec le trafic de stupéfiants.

Mercredi matin, les enquêteurs de la DPTR et de la SQ, accompagnés des membres du groupe tactique d’intervention de la Sûreté du Québec (GTI) ont investi un logement de la rue Ste-Cécile, secteur du centre-ville, et y ont effectué une perquisition. L’opération fait suite à des événements de violence entourant le trafic de stupéfiants et au cours desquels des armes à feu furent impliquées.

L’opération a permis de saisir de la cocaïne, du cannabis ainsi que des munitions.

Les policiers ont procédé à l’arrestation de trois suspects en lien avec la possession et le trafic de stupéfiants. Une femme âgée de 45 ans et deux hommes âgés respectivement de 37 et 25 ans ont été mis en état d’arrestation sous des chefs d’accusation de possession simple et de possession de substances désignées en vue d’en faire le trafic, selon la Loi réglementant certaines drogues et autres substances (LRCDAS).

Les trois individus ont été conduits au quartier général de la DPTR afin d’être rencontrés par les enquêteurs. Un des suspects comparaîtra par voie téléphonique alors que les deux autres furent libérés par voie de sommation à comparaître.

Toute personne, voulant partager des renseignements de façon confidentielle, peut le faire par le programme "Halte au crime" en communiquant au numéro 819-691-2929 touche 7, ou directement sur le site internet du programme à l’adresse halteaucrime.v3r.net.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.