Publicité
23 janvier 2020 - 06:00

Ces deux jours, quelque 135 élèves de 3e et 4e secondaire participent

Simulation parlementaire : des élèves du secondaire à l’Assemblée nationale

Par Salle des nouvelles

Quelque 135 élèves de 3e et 4e secondaire participent à la 18e législature du Parlement des jeunes. Se tenant jusqu'à demain à l’hôtel du Parlement sous la présidence de Marc Picard, vice-président de l’Assemblée nationale, cette simulation parlementaire donne lieu chaque année à des débats des plus enthousiastes. Des étudiants et étudiantes de l’École secondaire Val-Maurice et de l’Institut secondaire Keranna participent à la 18e législature du Parlement des jeunes.

« Les diverses activités éducatives organisées à l’Assemblée nationale permettent aux jeunes de différents groupes d’âge de s’initier à la vie démocratique québécoise. Le Parlement des jeunes notamment est une belle occasion pour des élèves de niveau secondaire de se découvrir un intérêt pour la politique en général », a indiqué M. Picard.

La présente législature permet à des jeunes de 37 écoles secondaires de partout au Québec de prendre part au travail parlementaire et d’occuper, entre autres, les fonctions de député, de chef de l’opposition, de premier ministre ou encore de journaliste. Lors de cette simulation, ils étudieront les trois projets de loi suivants en lien avec des sujets d’actualité :

  • la gratuité des moyens de contraception auprès des jeunes de 25 ans ou moins;
  • l’équité scolaire;
  • l’encadrement de la cigarette électronique.

De plus, une commission parlementaire fera l’objet d’un mandat d’initiative sur l’obsolescence programmée. Une motion visant à rendre gratuit l’accès aux produits hygiéniques pour femmes dans les établissements scolaires du Québec sera également proposée en Chambre. La Fondation Jean-Charles-Bonenfant et la Société des professeurs d’histoire du Québec soutiennent le Parlement des jeunes. Pour plus d’information, consultez la section Par ici la démocratie du site Internet de l’Assemblée nationale.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.