Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
10 mai 2018 - 10:30 | Mis à jour : 10:41

La direction de l’UQTR désire rectifier certains faits

Par Salle des nouvelles

La direction de l’UQTR désire rectifier certains faits énoncés par M. Alexandre Cloutier, député du Lac-Saint-Jean et porte-parole de l’opposition en matière d’enseignement supérieur et de recherche, à l’occasion d’un point de presse tenu le mardi 8 mai à 14h.

Contrairement à ce qu’affirme monsieur Cloutier, il est important de noter que :

- les cérémonies de la collation des grades prévues les 8 et 9 juin prochains ne sont pas annulées;

- il est faux d’affirmer que certains étudiants n’ont pas pu être diplômés à cause du lock-out. La date limite pour la remise des notes de la session Hiver-2018 par les professeurs et les chargés de cours est le 18 mai prochain;

- il est faux de déclarer que le lock-out affecte le déroulement des stages en sciences infirmières dans notre région. Une entente particulière a été conclue avec le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec, celle-ci leur permet de maintenir les stages dans le milieu, sauf pour quelques très rares situations d’exception;

La direction de l' UQTR  poursuivra les négociations avec les représentants de la partie syndicale afin d’avoir une compréhension commune de la situation réelle de notre université et des enjeux auxquels toute la communauté universitaire doit faire face.

Pour plus d'informations, rendez-vous à l'adresse suivante : www.uqtr.ca/info_lock-out  

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.