Publicité

18 février 2021 - 16:00

Un homme avait subi de graves brûlures sur un toit

Accident sur une ferme de Saint-Léonard-d’Aston : la CNESST dévoile ses conclusions

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La CNESST a rendu publiques aujourd’hui les conclusions de son enquête sur l’accident du travail qui a causé des brûlures graves à un employé de l’Entreprise de Ferme Agricole Idéal, à Saint-Léonard-d’Aston, le 5 juin 2020.

Le jour de l’accident, le travailleur se trouvait sur une ferme et s’affairait au lavage des toits des bâtiments à l’aide d’une laveuse à pression à essence.

Alors qu’il se trouvait sur le toit, le travailleur a constaté que la laveuse à pression qu’il utilisait ne fonctionnait plus. Il est alors descendu du toit et est entré dans la boîte du camion cube où se trouvaient deux laveuses à pression.

Au moment où le travailleur a touché le bouchon du réservoir d’essence de la laveuse à pression utilisée, le bouchon a été projeté, libérant ainsi l’essence, qui s’est enflammée au contact du moteur de la laveuse toujours en fonction. Le travailleur a alors été brûlé aux mains, au torse et au visage par l’essence enflammée.

Il a été transporté à un centre hospitalier afin que ses brûlures au deuxième degré soient traitées.

Causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident :

• L’éjection du bouchon du réservoir a provoqué une projection d’essence, qui s’est enflammée au contact du moteur de la laveuse à pression toujours en fonction. En effet, le manque de ventilation combiné notamment à la température extérieure et à celle atteinte dans le camion expliquent l’augmentation de la pression dans le réservoir d’essence qui a conduit à l’éjection du bouchon.

• La disposition des équipements à essence dans le camion cube ne permettait pas aux machines de fonctionner dans un environnement sécuritaire et exposait le travailleur à un danger de brûlures lorsqu’il se trouvait à l’intérieur de celui-ci.

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit à l’employeur l’utilisation de machines fonctionnant avec des moteurs à combustion dans une boîte de camion fermée. L’employeur s’est conformé à cette exigence.

Comment éviter un tel accident

Pour prévenir les accidents lors de l’utilisation de moteurs à combustion interne installés dans une boîte de camion fermée, des solutions existent, notamment :

• assurer une ventilation adéquate de l’endroit où se situent les appareils fonctionnant à l’aide d’un moteur à combustion interne;

• installer les systèmes d’échappement des moteurs à combustion interne dans la partie supérieure du camion et les diriger vers l’extérieur;

• entreposer les contenants de carburant diesel, d’essence ou d’autres produits inflammables à l’extérieur de l’aire de travail et loin de toute source de chaleur.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.