Publicité

3 décembre 2020 - 13:00 | Mis à jour : 13:05

Arborant un ruban blanc et avec une chandelle à la main, elles ont observé 14 minutes de silence

14 femmes manifestent à Trois-Rivières en mémoire des victimes de l’École polytechnique

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM) s’est mobilisée aujourd’hui pour rendre hommage aux 14 femmes assassinées à l’École polytechnique de Montréal, le 6 décembre 1989.

Tué uniquement parce qu’elles étaient des femmes, l’organisme souligne que ce féminicide de masse résonne, toujours en 2020, douloureusement dans nos mémoires.

Ce sont donc quatorze femmes qui se sont tenues debout, arborant un ruban blanc et avec une chandelle à la main, afin d’observer 14 minutes de silence : une pour chaque victime de l’attentat, devant le palais de justice de Trois-Rivières, ce jeudi avant-midi.

Cet événement s’inscrit dans les actions de la Marche mondiale des femmes du Québec, mais aussi dans le calendrier des 12 jours d’action contre les violences faites aux femmes.

Cette triste célébration est l’occasion de rappeler que, malgré tous les progrès qui ont été faits ces dernières années, la violence à l’égard des femmes est toujours une problématique récurrente et répandue dans notre société.

Force est de constater que la culture de la violence, de domination et de contrôle des femmes est encore bien vivante et bien présente ajoute la TCMFM. Le système patriarcal dans lequel nous vivons continue d’engendrer diverses formes de violence envers les femmes.

Les manifestations de sexisme, de racisme et d’intolérance continuent de plus belle et des actes violents s’expriment sans gêne et bien souvent, sans conséquence pour les agresseurs.

L'organisme a abordé cet enjeu dans l’une de ses cinq revendications officielles : « Reconnaître toutes les formes de violences faites aux femmes, les dénoncer, et contribuer à leur élimination, notamment en déployant une campagne nationale de sensibilisation en partenariat avec les organismes d’action communautaire autonome offrant des services spécifiques aux femmes et en rehaussant le financement à la mission globale de ces derniers. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.