Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Politique provinciale

Des maires ont donné près de 100 000 $ à la caisse électorale de la CAQ depuis 2021

durée 15h00
29 janvier 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Des maires du Québec ont donné près de 100 000 $ à la caisse électorale de la Coalition avenir Québec (CAQ) entre 2021 et 2023.

C'est ce que révèle une compilation obtenue par La Presse Canadienne de source sûre, alors que la CAQ est embourbée dans des controverses sur ses méthodes de financement. 

Au total, près de la moitié des maires et préfets du Québec, soit 503 sur 1138, ont contribué au financement de la CAQ depuis les dernières élections municipales en 2021.

En 2021, ils ont versé 20 535 $ dans la cagnotte caquiste, 40 155 $ en 2022 et 38 190 $ en 2023, donc au total 98 880 $. La compilation n'inclut pas les dons des milliers de conseillers municipaux. 

À titre de comparaison, la CAQ a encaissé près de 779 000 $ en dons individuels en 2021, et 1,35 million $ en 2022, année électorale où les citoyens sont autorisés à verser 100 $ supplémentaires en plus du don maximal autorisé par année de 100 $.

Le don le plus fréquemment versé par les maires est de 100 $, soit le maximum autorisé par année.

La Presse Canadienne a validé par échantillonnage aléatoire les données recueillies en effectuant des recherches sur les donateurs à même le site d'Élections Québec. 

En conférence de presse jeudi, François Legault avait assuré que son parti ne ciblait pas particulièrement les élus municipaux dans ses stratégies de financement. 

La Presse Canadienne avait toutefois révélé la semaine dernière que le député caquiste Louis-Charles Thouin a invité une dizaine de maires de sa circonscription de Rousseau à un cocktail pour garnir la caisse électorale à coups de 100 $, en échange de quoi les élus pourraient rencontrer la ministre des Transports, Geneviève Guilbault, le 8 février à Saint-Jacques.

M. Legault a laissé entendre que sa formation allait réviser ses messages, mais a répété que les maires n'avaient pas à payer la CAQ pour rencontrer un ministre.  

Le député Vincent Marissal, de Québec solidaire, a demandé à la commissaire à l'éthique d'enquêter sur M. Thouin, en évoquant un «stratagème de financement» de la CAQ, qui pourrait faire miroiter un entretien avec un ou une ministre en échange d'un don de 100 $.

Dans un reportage de Radio-Canada diffusé en décembre, des maires de l'Abitibi exprimaient leur malaise et disaient se sentir obligés de contribuer à la CAQ pour rencontrer un ministre et ainsi faire avancer leurs dossiers. 

La loi électorale stipule que le donateur à un parti politique doit attester que sa «contribution est faite à même ses propres biens, volontairement, sans compensation ni contrepartie, et qu’elle n’a fait ni ne fera l’objet d’un quelconque remboursement».

Patrice Bergeron, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


21 juin 2024

Les membres du SPGQ ont approuvé l'entente de principe à 95 %

Les employés de la fonction publique représentés par le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) ont approuvé l'entente de principe avec Québec à 95 %, a annoncé le syndicat vendredi matin. Selon le SPGQ, 83 % de ses 26 000 membres ont participé au vote. L'entente comprend une augmentation salariale de 17,4 % sur cinq ans, ...

20 juin 2024

Les sénateurs adoptent le projet de loi visant à contrer l'ingérence étrangère

Le Sénat a adopté mercredi soir le projet de loi visant à contrer les actes d'ingérence étrangère au Canada. Les sénateurs ont approuvé le projet de loi C-70 après avoir rejeté une proposition d'amendement qui visait à garantir que des innocents ne soient pas pris dans ses filets. Le projet de loi, qui doit maintenant obtenir la sanction ...

19 juin 2024

La Caisse de dépôt et placement contredit Geneviève Guilbault

Contrairement à ce que ne cesse de répéter la vice-première ministre et ministre des Transports, Geneviève Guilbault, ce n'est pas une «grande majorité» des parties prenantes consultées par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) dans le cadre de son analyse de la mobilité à Québec qui ont parlé de «sécurité économique». En fait, ce ne ...