Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Direction de la protection de la jeunesse

Cas possible d'excision: le processus de signalement sera révisé à la DPJ

durée 08h00
5 mai 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Le processus de signalement sera révisé à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), à la suite d'un cas possible d'excision sur une enfant de deux ans.

La DPJ aurait d'abord jugé le cas trop délicat pour intervenir, selon ce qui a été rapporté dans des médias.

Or en Chambre jeudi matin, le ministre responsable de l'organisme, Lionel Carmant, a dit qu'il avait contacté la directrice nationale de la protection de la jeunesse, Catherine Lemay.

Il a rappelé que son rôle est de s'assurer que le processus de signalement et de rétention de signalement soit bien fait. 

M. Carmant a assuré qu'il sera révisé à la suite de cette histoire scabreuse. 

Patrice Bergeron, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


10 mai 2024

Transport en commun: l'UMQ demande plus de financement du gouvernement fédéral

Confrontée au gouvernement caquiste dans des négociations difficiles pour financer le transport en commun, l'Union des municipalités du Québec (UMQ) interpelle le fédéral. Au cours d'un sommet sur le transport collectif, qui se déroule vendredi  à Drummondville, le président de l'UMQ, Martin Damphousse, a affirmé qu'on ne parle pas du ...

7 mai 2024

Quatre départs en quelques semaines au cabinet de François Legault

Le premier ministre François Legault perd un quatrième collaborateur en quelques semaines: son directeur des relations médias, Manuel Dionne, qui se joindra à la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).  Ce départ survient après ceux de Vincent Desmarais, d'Isabelle Lewis et de Sébastien Lauzon, tous des membres de la garde ...

6 mai 2024

Projet de loi 51: les opérateurs de machinerie lourde sonnent l'alarme

Le gouvernement Legault s'apprête à permettre à des charpentiers-menuisiers d'opérer de la machinerie lourde, sans qu'ils n'aient la formation nécessaire. C'est ce que soutient l'Union des opérateurs de machinerie lourde, local 791, qui dénonce le principe de «polyvalence» inscrit dans le projet de loi 51. En point de presse à Québec lundi, ...