Publicité

13 mai 2020 - 16:09

PANDÉMIE COVID-19

« Je n’accepte pas ça », dit François Legault, mécontent du nombre de tests de dépistage

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

François Legault s’est dit mécontent aujourd’hui qu’environ 9 000 tests de dépistage de la COVID-19 soient quotidiennement réalisés actuellement au Québec, alors que le gouvernement voulait augmenter leur nombre à 14 000 il y a une semaine.

« Je n’accepte pas ça, a lancé le premier ministre lors de son bilan quotidien. Je ne suis pas content et je l’ai dit aux personnes concernées. J’espère que dans les prochains jours, on va être capable d’atteindre les 14 000 tests par jour. »

François Legault estime qu’il faudra mieux organiser le réseau de la santé et davantage informer la population, entre autre à Montréal, de la disponibilité de ces tests.

« Je prends une partie du blâme. Il faut mieux expliquer aux gens qu’ils sont disponibles à grande échelle. Je suis le dossier de très près. »

Le premier ministre avait auparavant souligné que le Québec a pourtant davantage testé sa population que dans plusieurs autres pays depuis le début de la crise. En effet, 43 000 tests ont été effectués par million d’habitant dans la province selon ses chiffres, alors que l’Ontario en a fait 31 000, l’Allemagne 33 000, les États-Unis 30 000 et la France 21 000. Mais ce n’est pas suffisant selon lui.

« Le Québec est l'un des endroits où on a le plus testé de personnes jusqu’à présent, mais ce n’est pas assez. C’est important de tester. C’est une des conditions importantes mentionné par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour être capable de sortir de la crise », a-t-il conclu.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.