Publicité

21 avril 2020 - 08:00 | Mis à jour : 22 avril 2020 - 15:57

Le Bloc Québécois demande que l’accès à Internet devienne un service essentiel

Par Salle des nouvelles

Dans le contexte de la crise de la COVID-19, le Bloc Québécois interpelle encore une fois le gouvernement fédéral afin qu’il agisse pour augmenter l’accessibilité à Internet pour tous.

Le parti a fait parvenir une correspondance au ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie il y a deux semaines pour le sensibiliser à la situation, mais cette demande est restée lettre morte.

La formation politique demande donc au gouvernement d’agir rapidement :

• En obligeant les fournisseurs à plafonner le coût des services Internet et des forfaits cellulaires et à éliminer les limites de données mensuelles de ces forfaits;

• En reconnaissant l’accès à Internet haute vitesse comme étant, en 2020, un service essentiel;

• En s’engageant à accélérer le déploiement de la fibre optique, ou toute autre technologie appropriée, permettant l’accès à Internet haute vitesse dans les régions moins bien desservies, et ce, dès que la situation le permettra.

Enfin, les élus indépendantistes réitèrent qu’Ottawa devrait transférer une fois pour toutes à Québec sa part de l’argent destiné au déploiement d’Internet, car « le Québec est beaucoup mieux placé pour développer le réseau selon les réelles priorités de ses régions ».

Rappelons que l’échéancier de Québec est de 3 à 5 ans plus rapide que celui du gouvernement fédéral.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.