Publicité

16 septembre 2020 - 18:00

Programme ACCES-Cannabis

En Mauricie, une journée d'éradication de plants de cannabis pour la Sûreté du Québec

Par Salle des nouvelles

Dans le cadre du programme ACCES-Cannabis, la Sûreté du Québec et ses partenaires ont procédé aujourd’hui à une vaste opération de démantèlement de sites de production extérieure de cannabis dans plusieurs secteurs de la province, dont au Centre-du-Québec, en Estrie, en Mauricie et en Outaouais.

La saisie des plants ce mercredi viendra s’ajouter au bilan provisoire des opérations d’éradication qui ont commencé au mois d’août. Depuis le début de la saison, plus de 27 500 plants de cannabis ont été saisis sur l’ensemble du territoire de la Sûreté du Québec et les policiers ont procédé à une quarantaine d’arrestations.

La Sûreté du Québec a souligné qu’elle poursuivra la lutte contre la production de cannabis illicite, notamment dans le cadre de son programme ACCES-Cannabis (Action concertée contre l’économie souterraine). Malgré la Loi sur le cannabis qui est en vigueur, certaines activités en dehors du cadre légal demeurent des infractions inscrites dans le Code criminel, comme la production, la possession dans un but de trafic, la vente sur le marché noir, l’importation et l’exportation.

Ainsi, la Sûreté du Québec continuera d’intervenir auprès des producteurs et des vendeurs de cannabis qui agissent en dehors du cadre légal, notamment en tenant des journées régionales d’éradication, comme aujourd’hui, pendant la période des récoltes et sur l’ensemble du territoire qu’elle dessert.

» La population peut communiquer toute information concernant la production de cannabis à la Centre de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.