Publicité
10 février 2020 - 06:00

En pleine saison, la SQ accroît ses contrôles pour prévenir les collisions mortelles

Les motoneiges, dans le viseur de la police mauricienne

Par Salle des nouvelles

Les policiers motoneigistes de la Sûreté du Québec, en collaboration avec la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec, sont intervenus de façon intensive tout au long de la journée et de la soirée du 8 février, en Mauricie, à l’occasion de la saison de motoneige qui bat son plein.

Cette présence policière accrue visait à sensibiliser les motoneigistes à adopter des comportements responsables et sécuritaires. Des interventions ont été réalisées dans les sentiers, ainsi qu’aux croisements des chemins publics, auprès des motoneigistes qui ont des comportements qui compromettent la sécurité des autres usagers.

Interpellations et vérifications auprès de 440 motoneigistes

Une attention particulière a été portée à la capacité de conduite affaiblie par l’alcool, la drogue ou une combinaison des deux, le non-respect de la limite de vitesse et le non-respect des panneaux d’arrêts obligatoires aux croisements des sentiers et des chemins publics.

Pour sa part, la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec a travaillé en partenariat avec les policiers et invite les adeptes de la motoneige, à adopter des pratiques sécuritaires et respectueuses de l’environnement et de la quiétude des populations riveraines des sentiers.

L’opération de samedi a permis d'interpeller et vérifier 440 motoneigistes; émettre 16 constats d'infraction et 26 avis de non-conformité (avertissements).

La capacité de conduite affaiblie et la vitesse sont les principales causes de collisions mortelles en motoneige. Pour la présente saison 2019-2020 à ce jour, 10 personnes sont décédées dans autant de collisions mortelles sur le territoire de la Sûreté du Québec.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.