Publicité
13 janvier 2020 - 12:00

Vendredi 10 janvier

Un appel menaçant à l'ancienne école de La Salle déclenche une opération policière

Par Salle des nouvelles

Plus de peur que de mal. Vendredi 10 janvier, une personne a appelé la police de Trois-Rivières vers 10h40, annonçant qu'elle se trouvait au sein du Centre de formation professionnelle Bel-Avenir et qu'elle allait s'en prendre aux personnel et aux étudiants. Ces derniers ont été confinés 1 h pendant qu'une vaste opération policière se déroulait. Après avoir passé l'établissement au peigne fin, les policiers en ont conclu qu'aucune menace n'existait. Toutefois, l'enquête se poursuit pour retrouver l'auteur de l'appel.

Les élèves et le personnel ont vécu un stress intense vendredi dernier, au sein du Centre de formation professionnel. Même si aucune menace n'a été mise à exécution, tous sont restés une heure durant dans les bureaux, classes et locaux de l'établissement,  conformément à l'ordonnance policière donnée.

Une assistance psychosociale était disponible pour les étudiants qui le souhaitaient, afin qu'ils puissent évacuer le stress.

Tous les effectifs nécessaires ont été déployés. L'opération policière n'a trouvé aucune menace mais les cours ont été suspendus pour le reste de la journée. L'enquête se poursuit pour retrouver l'auteur de l'appel, qui pourrait être accuser de faits criminels.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.