Publicité
2 août 2019 - 15:07

Les enquêteurs se présentés dans une résidence de la rue Bureau

Une arrestation en lien avec des introductions par effraction

Par Salle des nouvelles

Les enquêteurs de la Direction de la police de Trois-Rivières ont procédé, mercredi le 31 juillet à une perquisition et à une arrestation en lien avec des introductions par effraction. 

Mercredi matin vers 10 h 40, les enquêteurs se présentés dans une résidence de la rue Bureau, secteur centre-ville, afin de vérifier la présence d’un individu suspecté d’être l’auteur de plusieurs introductions par effraction. À la vue des policiers, il s’est sauvé et les patrouilleurs ont effectué le ratissage du secteur. Il est finalement revenu sur les lieux où ceux-ci ont procédé à son arrestation. Un autre individu qui était sur place, faisait l’objet d’un mandat d’arrestation et fut aussi arrêté par les policiers ainsi qu’une jeune femme, qui fut arrêtée pour entrave au travail des policiers. 

Munis d’un mandat de perquisition, les enquêteurs ont fouillé les lieux et ont retrouvé plusieurs objets qui furent reliés aux vols commis dans les résidences. 

Les deux individus âgés dans la vingtaine comparaîtront aujourd’hui au Palais de justice de Trois- Rivières. Le premier faisant face à des accusations d’introduction par effraction et vols. Le second, pour un mandat d’arrestation en vertu de menaces, dans un autre dossier. La jeune femme fut libérée par sommation. 

La Direction de la police de Trois-Rivières rappelle que toute personne, voulant partager des renseignements de façon confidentielle, peut le faire par le programme HALTE AU CRIME en communiquant au numéro 819-370-6700, ou directement sur le site internet du programme à l’adresse halteaucrime.v3r.net. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.