Publicité
6 avril 2019 - 12:00

Des citoyens de la Montérégie dans le lot

Onze arrestations en lien avec de la pornographie juvénile

Par Salle des nouvelles

Entre le 2 et le 4 avril, onze individus se sont faits passer les menottes par les enquêteurs spécialisés en matière d’exploitation sexuelle des enfants sur Internet de la Sûreté du Québec. En collaboration avec les enquêteurs du Module d’exploitation sexuelle volet pornographie juvénile et leurre du Service de police de la Ville Montréal (SPVM), ils sont accusés en lien avec de la pornographie juvénile.

Les arrestations, réalisées dans le cadre d’une importante enquête, se sont déroulées dans les régions de la Mauricie, des Laurentides, de Laval, de la Montérégie, de l’Estrie, de Chaudière-Appalaches et de Montréal. Les suspects ont comparu pour faire face à des accusations de possession, de distribution et d’avoir accédé à de la pornographie juvénile. Ces individus n’auraient aucun lien présumé entre eux. C’est plutôt la découverte d’un fichier dans une enquête antérieure qui a permis d’amorcer des recherches.

Les policiers ont réalisé des perquisitions aux domiciles des suspects et ont saisi du matériel informatique pour analyse.  La Direction des enquêtes criminelles de la Sûreté du Québec regroupe au sein de son Service des projets d’enquêtes spécialisées, des experts en matière de cybercriminalité et d’exploitation sexuelle des enfants. Ces enquêteurs œuvrent en étroite collaboration avec la Gendarmerie royale du Canada et l’ensemble des policiers municipaux. Depuis la mise en place de la stratégie provinciale de la Sûreté du Québec en matière de lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants en 2012, près de 600 arrestations ont été réalisées. Grâce à cela, plusieurs centaines de victimes ont été identifiées.

Le public est invité à signaler toute situation d’exploitation sexuelle des jeunes sur Internet à l’adresse suivante : cyberaide.ca.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.