Publicité

21 septembre 2021 - 09:00

Élection fédérale

Une autre minorité libérale montre la nécessité d’un gouvernement de coalition, estime Unifor

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

L'élection d'un autre gouvernement libéral minoritaire, avec le NPD détenant la balance du pouvoir, prouve que les électeurs veulent des changements progressistes de la part du gouvernement fédéral selon Unifor.

Le plus important syndicat du secteur privé au pays ajoute que cela nécessite une coalition stable.

« Les Canadiennes et Canadiens n'ont pas voulu de cette élection, ils veulent que leurs députés se mettent au travail pour une reprise juste, et cela signifie que les Libéraux et le NPD doivent former une alliance avec un horizon d'au moins trois ans. Il n'y aura plus d'élections surprises, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Les travailleuses et travailleurs ont besoin que leurs députés travaillent ensemble pour tenir les grandes promesses faites lors de cette élection et mener une reprise qui combat les inégalités exposées par la pandémie. »

« Une coalition formelle peut fournir au gouvernement la stabilité nécessaire pour réaliser les priorités partagées, comme les services de garde d'enfants, l'assurance-médicaments, l'amélioration de l'assurance-emploi, des normes du travail solides, entre autres, a ajouté M. Dias. Pour rebâtir en mieux, il faut dépasser les politiques partisanes et se concentrer sur les besoins des Canadiens et la reprise économique. »

Pendant la campagne électorale, Unifor rappelle qu’il a demandé à tous les partis de prendre des mesures audacieuses pour lutter contre la crise climatique et soutenir les travailleuses et travailleurs, d'agir en faveur de la réconciliation, d'améliorer l'accessibilité financière et la sécurité du revenu, de renforcer les normes du travail et de continuer à investir dans l'économie des soins.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.