Publicité

8 décembre 2021 - 16:00

L'impact de l'organisme pendant la pandémie a été confirmé

Une étude révèle qu'Allo prof est un précieux allié pour les élèves et les parents

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Alloprof a dévoilé les résultats d’une étude nationale réalisée en collaboration avec le Centre d’études sur l’apprentissage et la performance (CEAP) de l’UQAM.

En plus de démontrer l’importance accrue des ressources d’Alloprof dans la réussite éducative des élèves, les résultats mettent en lumière l’ampleur de l’accompagnement scolaire offert par les parents durant la pandémie.

Plus que jamais, Alloprof est au cœur des familles québécoises : l’organisme a accompagné 90 000 élèves de plus dans leur parcours scolaire depuis le début de la pandémie, pour un total de 550 000 élèves pendant l’année scolaire 2020-2021.

Rappelons qu’Alloprof avait bénéficié d’un investissement additionnel de la part du ministère de l’Éducation afin de mettre sur pied de nouveaux services de soutien pédagogique et d’accompagnement pour les élèves en difficulté.

Selon l’étude, près de 70 % des élèves du primaire et du secondaire ont utilisé davantage Alloprof ou ont commencé à l’utiliser lorsque l’école se faisait à la maison.

Au primaire, Alloprof a été majoritairement consulté à la demande des parents pour aider les enfants à faire leurs devoirs. Au secondaire, les ressources de l’organisme ont plutôt été utilisées de manière autonome par les adolescents souhaitant avoir de meilleurs résultats et réussir leurs évaluations.

Plus de 30 % des élèves du primaire et 25 % de ceux du secondaire se sont également fait donner des tâches par leurs enseignants à réaliser sur Alloprof.

« Les fermetures d’écoles et les différentes mesures qui ont suivi ont coïncidé avec une augmentation de plus de 60 % de la fréquentation d’Alloprof. Les résultats attestent bien que durant cette période exceptionnelle, Alloprof s’est révélé être une bouée de sauvetage tant pour les élèves que pour leurs parents, et que l’organisme a épaulé des milliers d’enseignants à travers le Québec », explique Marc-Antoine Tanguay, directeur de la stratégie chez Alloprof.

« Cette étude démontre bien l’importance de redoubler d’efforts pour offrir toutes les ressources possibles pour soutenir nos élèves. L’impact très positif qu’Alloprof a eu pendant la pandémie sur les jeunes et les familles du Québec positionne l’organisme en tant que joueur essentiel de la réussite des élèves. Nous sommes fiers d’avoir soutenu Alloprof dans l’accomplissement de notre mission commune », se réjouit Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation.

Beaucoup plus de temps consacré aux devoirs

L’étude indique d’ailleurs que le contexte inhabituel a eu un impact considérable sur le temps moyen consacré par les parents à aider leur enfant dans ses devoirs. Celui-ci a augmenté de 120 % au primaire pour atteindre 7,75 heures par semaine, et de 40 % au secondaire, soit 5 heures par semaine, lorsque l’école se faisait de la maison.

« Nous avons toujours fait équipe avec les parents pour favoriser la réussite scolaire, et on voit que cela a été encore plus bénéfique en temps de COVID. Entre autres, nous avons vu le nombre de parents abonnés à notre infolettre doubler depuis le début de la pandémie. Ils sont maintenant plus de 80 000 à être informés des derniers trucs, conseils et ressources éducatives d’Alloprof », ajoute Marc-Antoine Tanguay.

Des services efficaces et accessibles pour tous en temps de pandémie

Un autre constat important de l’étude du CEAP de l’UQAM est qu’Alloprof s’avère être une solution démocratique fréquentée également par les différentes populations scolaires, quel que soit le genre des élèves, leur diagnostic potentiel de trouble d’apprentissage, leurs résultats scolaires, le revenu de leurs parents ou le degré de scolarité de ceux-ci.

« Nous avons par ailleurs pu observer, selon les données recueillies, que l’efficacité perçue de l’utilisation des ressources d’Alloprof croît avec l’augmentation de leur fréquence d’utilisation. C’est un cercle vertueux : plus un jeune a recours à Alloprof, plus il estime que cela l’aide dans sa réussite scolaire », explique Isabelle Gauvin, directrice de recherche au CEAP de l’UQAM.

Depuis le début de la pandémie, Alloprof déploie sans relâche de nouvelles solutions technologiques permettant de transformer les défis scolaires en réussites, dont la Zone d’entraide, un espace collaboratif qui permet d’obtenir des explications sept jours sur sept, un service de clavardage avec ses enseignants et des MiniRécups, des cours de rattrapage sous forme de vidéos interactives, pour réviser les savoirs essentiels en moins de 30 minutes.

Grâce à ce portrait plus précis des habitudes et réflexes des élèves, Alloprof prévoit continuer d’améliorer sa plateforme Web pour en rendre l’expérience encore plus personnalisée.

« On souhaite qu’une fois connecté, l’élève ait immédiatement le sentiment que ce site a été créé à son intention et qu’il y trouve facilement les meilleurs outils pour répondre à son besoin... même quand il ne sait pas exactement quel est son besoin, ce qui arrive fréquemment chez ceux qui vivent des difficultés », conclut le porte-parole.

Alloprof continue d’offrir du soutien personnalisé gratuit grâce à son équipe de près de 200 enseignants et professionnels de l’éducation répartis dans 14 régions du Québec qui répondent aux questions des élèves et de leurs parents du lundi au jeudi de 17 h à 20 h et les dimanches de 13 h à 17 h.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.