Publicité

22 février 2021 - 14:00

115 élèves risquent de se trouver dans des roulottes ou des modulaires, faute de places

Nicolet souhaite accueillir une nouvelle école sur son territoire

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Ville de Nicolet a indiqué dernièrement qu’elle souhaite accueillir la nouvelle école prévue par le Centre de services scolaire La Riveraine sur son territoire.

« Nicolet est prête à accueillir une nouvelle école sur son territoire afin de combler les besoins de nos jeunes familles. L’administration municipale a déjà identifié des terrains où pourrait s’implanter ce projet », souligne la mairesse, Geneviève Dubois.

La première magistrate nicolétaine a fait cette déclaration alors qu’elle était accompagnée du directeur général de la Ville pour l’occasion, et ce dernier a expliqué que le besoin d’une nouvelle école est criant pour Nicolet.

« Nous savons qu’il y a actuellement un déficit de neuf (9) classes au primaire chez nous. C’est donc 115 élèves qui risqueraient de se trouver dans des roulottes ou des modulaires au lieu de pouvoir évoluer dans un milieu qui leur est favorable », a précisé M. Audet.

Déjà, la mairesse Dubois a contacté le ministre régional, André Lamontagne, ainsi que le député, Donald Martel, pour leur faire part de l’intention de Nicolet de faire partie de la solution.

« C’est très important de rappeler que Nicolet est un important pôle tertiaire de services avec notamment 6 écoles sur son territoire. Nous voulions lancer le message que nous tendons la main et répondons présent à l’invitation du Centre de services scolaire La Riveraine et que nous manifestons un important intérêt pour l’implantation d’une nouvelle école sur le territoire de Nicolet », a-t-elle conclu.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.