Publicité

9 février 2020 - 06:00

Pour le Comité de parents de la Commission scolaire Chemin-du-Roy

Projet de loi 40 : « Rien n’oblige le premier ministre d’agir à la hâte »

Par Salle des nouvelles

Le Comité de parents de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy a dénoncé l’utilisation du bâillon pour l’adoption du projet de loi 40. De plus, il désapprouve le projet de loi sous sa forme actuelle. Pour les membres, cette réforme demande du temps de réflexion collective qui doit être centrée sur la réussite et la persévérance des enfants.

« Rien n’oblige le premier ministre à agir dans la hâte. C’est, à nos yeux, démocratiquement contraire à ce que nous souhaitons enseigner à nos enfants. Pour qu’il n’y ait pas d’élections en 2020, rien n’empêche le premier ministre de repousser la date des élections scolaires, permettant ainsi de lancer une réflexion collective sur l’école publique du 21e siècle », précise le président du Comité de parents de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy Denis Boudreault.

Le Comité de parents de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, a voté à l'unanimité, le 4 février dernier, pour réclamer:

  • des consultations élargies sur l'éducation;
  • le retirement du projet de loi;
  • reporter la date des élections scolaires;
  • lancer une consultation sur l’école publique.

Rappelons qu’en novembre dernier, le Comité de parents de la Commission scolaire du Chemin- du-Roy avait fait une sortie publique, affirmant leur souhait de maintenir une démocratie scolaire directe, régionale et populaire ainsi que des consultations élargies sur l’éducation.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.