Publicité
4 février 2015 - 05:00

Festi’O’Muse: cocréation, échanges et expérience au menu

Anne-Sophie Bois

Par Anne-Sophie Bois, Journaliste

Twitter Anne-Sophie Bois

Près d’une trentaine de futurs muséologues, provenant de différentes universités et de différents collèges québécois, se pencheront, en équipe, sur plusieurs problématiques soumises par le Musée québécois de culture de Trois-Rivières populaire dans le cadre de l’activité Festi’O’Muse du 6 au 8 février.

Ainsi, les formations devront soumettre, à la suite de leur marathon de 60 heures, des pistes de solutions pour les six chantiers districts: philanthropie, exposition, conservation, médiation et architecture.

« C’est la relève en muséologie qui sera en action lors de l’événement. C’est une belle occasion pour notre équipe de professionnels de voir se déployer notre mission sous un angle nouveau, avec des regards neufs sur les enjeux auxquels nous sommes confrontés », explique le directeur général du Musée, Yvon Noël qui prépare cet événement depuis un an.

Des étudiants de l’Université du Québec en Outaouais, de l’Université du Québec à Trois-Rivières, du Collège Montmorency, de Université de Montréal, de l’Université du Québec à Montréal et de l’Université Laval seront présents lors de cette fin de semaine de festivités à Trois-Rivières.

Cette activité de trois jours se terminera avec un grand bal où se sera l’occasion de connaître quelles propositions les diverses équipes ont faites au Musée.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.