Publicité

28 septembre 2021 - 08:29

Elle est actuellement la directrice générale de la SDC du centre-ville de Trois-Rivières

Gena Déziel nommée présidente du Regroupement des SDC du Québec

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le conseil d’administration du Regroupement des SDC du Québec (RSDCQ) vient d’annoncer la nomination de Gena Déziel à titre de présidente de l’organisation.

Mme Déziel est entrée en fonction le 20 septembre dernier succédant ainsi à Jean-Pierre Bédard.

Actuellement, Mme Déziel est directrice générale de la SDC du centre-ville de Trois-Rivières.

Issue du milieu politique, de la Fédération des chambres de commerce du Québec, et maintenant à la tête de la Société de développement commercial du centre-ville de Trois-Rivières depuis mars 2019, Mme Déziel cumule une dizaine d’années d’expérience dans l’univers du développement économique.

Récemment, elle a été reconnue auprès de sa communauté d’affaires comme Jeune personnalité féminine et a également remporté le prix Éclore pour s’être distinguée avec un projet innovant et original.

Elle est détentrice d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) à HULT International Business School et d’un certificat en leadership stratégique des ressources humaines de Cornell University.

Au cours de son mandat, la nouvelle présidente souhaite consolider l’organisation en rapprochant et soutenant davantage les membres du RSDCQ aux quatre coins de la province.

« Les défis actuels auxquels nos milieux de vie font face sont plus grands que jamais, et je me donne comme mission de représenter, auprès de nos gouvernements, à la fois nos organisations, mais surtout les membres qui se situent sur nos artères commerciales et nos centres-villes», a déclaré Mme Déziel. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.