Publicité

29 juin 2021 - 17:00

Programme d’aide d’urgence aux PME

Disponibilité de 1 M$ supplémentaires pour les PME trifluviennes 

Par Catherine Deveault

Innovation et Développement économique (IDE) Trois-Rivières confirme la  disponibilité de sommes supplémentaires dans l’enveloppe allouée par le ministère de l’Économie et de l’Innovation pour le Programme d’aide d’urgence aux PME (PAUPME). Ainsi, 1 M$ ont été ajoutés, pour un total de 15,1 M$ depuis le début de la crise de la COVID-19. De cette somme, environ 2 M$ sont encore disponibles. 

Ce programme s’adresse à l’ensemble des entreprises à but lucratif, y  compris les coopératives et les entreprises de l’économie sociale ayant des activités marchandes affectées par la pandémie. Pour y avoir droit,  l’entreprise devait être en bonne santé financière avant la crise et démontrer des besoins de liquidités inférieurs à 50 000 $. Cette aide prend la forme d’un prêt assorti d’un moratoire de remboursement de trois mois. Les demandes seront acceptées jusqu’au 30 septembre  2021.  

Par ailleurs, IDE Trois-Rivières lance un dernier appel aux entreprises  admissibles au volet Aide aux entreprises en régions en alerte  maximale (AERAM) qui ont été autorisées à rouvrir au début du mois de juin : si elles n’ont pas encore soumis leur demande, elles ont jusqu’au 5 juillet. Ce volet vise principalement les bars et les centres d’amusement. 

Rappelons que le volet Aide aux entreprises en régions en alerte maximale prend la forme d’un pardon de prêt (aide financière non remboursable). Ce pardon de prêt pourrait atteindre 100 % des frais fixes mensuels admissibles jusqu’à concurrence de 15 000 $ par mois de fermeture et sans dépasser 80 % du montant total du prêt. De plus, les entreprises admissibles au volet AERAM bénéficient d’un soutien additionnel représentant d’un à trois mois de contributions, selon la longueur de la période de fermeture imposée par la Santé publique.  

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.