Publicité

25 mars 2021 - 10:00 | Mis à jour : 10:00

Claudia Duval réalise un rêve

Une nouvelle propriétaire pour Les Moulins La Fayette à Cap-de-la-Madeleine

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La succursale du secteur Cap-de-la-Madeleine des Moulins La Fayette compte maintenant une toute nouvelle propriétaire.

L’acquisition d’une boulangerie était un rêve pour Claudia Duval, et ce n’est pas la pandémie qui allait refroidir ses ardeurs lorsque l’occasion s’est présentée.

Les affaires vont bien pour l’entreprise selon elle et elle a le vent dans les voiles malgré les bouleversements des derniers mois.

« Les clients sont très attachés aux Moulins La Fayette et leur appui pendant la pandémie a fait toute la différence », soutient la nouvelle propriétaire.

Considérée comme un service essentiel, l’enseigne a pu continuer de vendre ses pains et ses pâtisseries malgré la pandémie.

Le rêve de Mme Duval s’est matérialisé dernièrement, lorsque les propriétaires, Anita et Éric Morizet, lui ont fait part de leur intérêt de vendre la succursale de la rue Vachon. Ils conservent toutefois celle du secteur Trois-Rivières-Ouest.

Il s’agit d’un changement de carrière pour Mme Duval, qui a travaillé durant 18 ans en service à la clientèle, dont 14 ans dans une institution financière. Passionnée par le café et par la cuisine, elle compte apporter quelques nouveautés au service de traiteur, entre autres.

Les clients retrouveront toutefois toujours les produits qui ont fait la renommée des Moulins La Fayette, dont les pains, les pâtisseries spécialisées et les salades.

« J’ai été séduite par la qualité des produits. J’y apporterai ma touche personnelle, mais les clients ne seront pas dépaysés », précise-t-elle.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.