Publicité

13 novembre 2020 - 13:06

Nova Bus s'est installée pour développer et fabriquer de nouveaux prototypes

L’incubateur industriel de Bécancour accueille ses premiers incubés

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

La Ville de Bécancour vient d’annoncer que deux des trois locaux de son nouvel incubateur industriel sont actuellement occupés et s’en réjouit.

Ceux-ci sont loués par la compagnie Nova Bus, membre du Groupe Volvo, afin de développer et fabriquer de nouveaux prototypes.

Cette double occupation surpasse les projections initiales du plan d’affaires et les appels sont déjà au rendez-vous pour le troisième espace disponible.

Rappelons qu’en 2016, la Ville de Bécancour a acquis une portion de terrain de la Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour (SPIPB) afin d’y développer le Parc PME municipal Jean-Demers.

Vingt-sept terrains sont donc en cour d’aménagement actuellement pour accueillir des entreprises. C’est d’ailleurs dans cette zone que se trouve le nouvel incubateur.

Traduisant la forte volonté de soutenir les PME innovantes, cette nouvelle bâtisse contribuera à la proactivité de la Ville de Bécancour pour stimuler l’entrepreneuriat sur son territoire.

La Ville de Bécancour invite toute entreprise intéressée à s’y localiser ou à en savoir plus sur les terrains de la zone PME, à contacter le Commissaire industriel de la Ville au 819 294-6500.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.