Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
30 avril 2018 - 13:00

Les producteurs de grains ne craignent pas la politique bioalimentaire

Par Salle des nouvelles

À l’occasion de l’annonce régionale de la politique bioalimentaire du gouvernement du Québec, les Producteurs de grains du Québec (PGQ) de la Mauricie tiennent à rappeler que celle-ci aura peu d’impact pour la production de grains dans la région.
 
« Les principes retenus dans la politique vont dans la bonne direction. Toutefois, ses objectifs sont
beaucoup plus ambitieux que le cadre financier très limité annoncé lors du dernier budget. Le
gouvernement va devoir prendre des engagements financiers beaucoup plus sérieux s’il souhaite
motiver les producteurs à investir et ainsi avoir un impact important dans la région », déclare Claude Chartier, président des Producteurs de grains de la Mauricie.
 
À titre d’exemple, alors que l’impact négatif sur la productivité résultant de la nouvelle réglementation des pesticides est évalué à plus de 20 millions de dollars par année, le dernier budget ne fait mention que d’un soutien de 2,5 millions de dollars par année pour la santé des sols.
 
Également, alors que le dernier budget prévoit une somme de 100 millions sur cinq ans pour le Plan de soutien aux investissements en matière de bien-être animal et d'efficacité énergétique, le secteur de la production végétale n’en recevra que 13 %.
 
« Tout en étant conscients de l’impact de certaines annonces pour d’autres productions, force est de constater que la politique bioalimentaire aura peu d’impact pour la 2e production en importance au Québec », conclut M. Chartier Producteurs de grains du Québec.
 
À propos des Producteurs de grains du Québec
 
Les Producteurs de grains du Québec représentent quelque 11 000 productrices et producteurs, dont 480 dans la région de la Mauricie. La production et la transformation de grains représentent ensemble plus de 20 000 emplois dans l’ensemble du Québec.
 
-

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.