Publicité

9 avril 2021 - 10:00

À partir de lundi prochain

Resserrement des règles et des plages horaires au Centre sportif de l’ENPQ

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Ville de Nicolet annonce, d'un commun accord avec l'École nationale de police du Québec, un resserrement des règles et des plages horaires du Centre sportif de l'ENPQ à compter de lundi prochain.

Cette décision est motivée par le défi que représente actuellement la poursuite des activités de l'École nationale de police du Québec.

Ainsi la salle d'entraînement et la piscine demeureront ouvertes alors que le gymnase permettant la pratique du pickleball et du badminton sera fermé à la population jusqu'à nouvel ordre.

Voici les modifications applicables dès lundi prochain :

• Changement d'horaire pour la salle de musculation (ouverture en continu de 6 h 30 à 16 h la semaine et de 6 h 30 à 11 h la fin de semaine

• Port du masque en tout temps dans la salle d'entraînement, même à l'effort (au moindre inconfort, les usagers seront invités à cesser l'activité en cours)

• Fermeture du gymnase (le pickleball peut se pratiquer à l'extérieur dans le parc Thérèse-Boisvert-Allard)

• La piscine reste accessible, sur réservation avec le système VOILÀ pour de la pratique libre (bains corridors et familiaux ainsi que des cours privés possibles) avec priorisation pour les Nicolétains et municipalités avec entente.

• Le centre sportif n'est plus accessible au personnel de l'ENPQ ainsi qu'à sa clientèle en perfectionnement.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.