Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Conseils d'agriculture en accord avec la nature

Protection des oiseaux champêtres de Grondines et Sainte-Anne-de-la-Pérade

durée 14h00
13 juillet 2022
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Angelique Villeneuve
email
Par Angelique Villeneuve, Journaliste

Conservation de la nature Canada (CNC) s’allie à Conservation de la nature Québec pour sensibiliser les agricultrices et agriculteurs de la région à la protection des oiseaux qui fréquentent leurs champs pour assurer que l’agriculture et la nature y prospèrent ensemble.  

Les terres agricoles qui bordent les marécages au long du fleuve Saint-Laurent abritent, nourrissent et soutiennent un grand nombre d’oiseaux champêtres.

Le projet de sensibilisation vise à protéger les espèces fragiles parmi ces oiseaux de Grondines et de Sainte-Anne-de-la-Pérade, tel que le goglu des prés.

Ainsi, CNC souhaite poursuivre son travail dans la région en rejoignant des propriétaires pour les rallier à ses initiatives de conservation. Le monde agricole rassemble de précieux alliés pour cela et leur contribution pèse lourd dans la balance; la diversité des espèces d’oiseaux champêtre dépend en effet en grande partie de leurs pratiques.

CNC poursuit son projet de sensibilisation dans le marécage de Grondines et Sainte-Anne-de-la-Pérade jusqu’en 2023 en contactant les cultivatrices et cultivateurs, les invitant à prendre part à la protection de la nature.
 

Des actions simples et efficaces

Les personnes qui acceptent reçoivent la visite de biologistes de CNC qui se rendent sur leur lot pour en identifier les particularités, puis leur remettent une fiche descriptive personnalisée de leur terrain. Elles reçoivent également des recommandations d’actions favorables à la nature qui peuvent être appliquées chez elles.

Des actions simples, gratuites et sans conséquence sur le rendement des cultures peuvent faire une différence pour la nature.

Il peut s'agir par exemple de passer la machinerie en débutant au centre du champ plutôt que sur le pourtour pour éviter de coincer les animaux dans une spirale qui ne fait que rapetisser. On peut nommer aussi le fait de laisser en place les vieux poteaux de clôture en bois pour qu’ils deviennent des perchoirs.

« Le milieu agricole a énormément évolué dans les dernières décennies et il faut penser à adapter nos façons de faire pour que la nature et l’agriculture puissent continuer de prospérer ensemble. Heureusement, certains gestes sont d’une simplicité déconcertante et pourtant, ils font toute la différence pour l’environnement »,  a mentionné Gabrielle Cauchon Déry, chargée de projets, Conservation de la nature Canada.

Ces façons d'agir constituent de bonnes pratiques agricoles qui soutiennent aussi la conservation. Inviter les hirondelles à nicher dans la grange en laissant les portes ouvertes est aussi un moyen très efficace et qui ne nécessite aucun effort pour aider l’espèce.

Bon nombre d’actions peuvent être menées. Le Guide de recommandations sur les aménagements et pratiques favorisant la protection des oiseaux champêtres, rédigé par le Regroupement Québec Oiseaux, est d’ailleurs une excellente ressource pour en apprendre davantage.


Des résultats quantifiables

Ce projet démontre comment CNC accélère le rythme de la conservation au Canada. Au cours des deux dernières années seulement, le travail de CNC a influencé la protection de plus d'un million d’hectares, soit près du double de la superficie de l’Île-du-Prince-Édouard, et ce, d’un océan à l’autre.

Dans les années à venir, l’organisme doublera son impact en mobilisant la population canadienne et en livrant des résultats durables et d’envergure en conservation.

Face au déclin rapide de la biodiversité et aux changements climatiques, la nature est notre alliée. En effet, aucune de ces crises ne pourra être résolue sans que soit conservée la nature. il est vrai que lorsque la nature prospère, nous en bénéficions tous.

En 2021, première année du projet dans les marécages de Grondines et de Sainte-Anne-de-la-Pérade, sept propriétaires de terres agricoles ont été rencontrés.

Cela représente 80 heures d’inventaire pour les biologistes de CNC et 90 espèces inventoriées, dont six en situation précaire. Six oiseaux champêtres ont également été identifiés. L’objectif est de rencontrer un minimum de 20 exploitants agricoles de la région.

Rappelons que ce projet a été financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation dans le cadre du programme Prime-Vert, et par Environnement et Changement climatique Canada et son programme des Lieux prioritaires désignés par les collectivités pour les espèces en péril.

 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

Technologistes médicaux: une pénurie silencieuse qui crée des retards dans le réseau

Travailleurs de l'ombre et métier méconnu du public, les technologistes médicaux sont essentiels pour traiter les patients. Toutefois, une «pénurie critique» de technologistes sévit présentement au Québec, ce qui engendre des retards dans le réseau de la santé.  Les analyses effectuées par les technologistes médicaux permettent au médecin de ...

durée Hier 9h00

Les besoins en psychologues seront comblés en 2026, estime le ministre Carmant

Les besoins en psychologues dans le réseau de la santé seront pourvus dans deux ans, selon les estimations du ministre des Services sociaux, Lionel Carmant.  Lors de l’étude des crédits budgétaires, jeudi, il a expliqué qu’il y avait 2271 psychologues actuellement dans le réseau et que les besoins se situaient à 2340, pour cette année, donc un ...

18 avril 2024

Près de 80 % des Québécois veulent une loi sur le don d'organes

Alors que l'Assemblée nationale se penche sur des façons d'améliorer la performance du Québec en matière de don d'organes et de transplantation, un nouveau sondage révèle que près de 80 % des Québécois sont favorables à l'adoption d'une loi pour y arriver.  Selon la directrice générale de Transplant Québec, Martine Bouchard, cela démontre ...